Dollard des Ormeaux : héros… par accident?

Dollard des Ormeaux. Dollard. Heille! Dollard! Tu fais yinque dire son nom pis les mononcles viennent le torse toute bombé. C’est notre héros national!

Sauf que là, y’a des téteux qui vont dire :

« Ouaaaaaaaain, mais c’est les curés qui ont beurré épais pour qu’y ait l’air un martyr pis attiser la foi pis le nationalisme. C’tait yinque une tête brûlée qui a faite plus de mal que de bien! »

C’tu vrai, ça? Ben moé, Matante Poêle, j’voulais l’savoir, faique ch’t’allée fouiller, pis j’me suis rendu compte qu’y a clairement du monde qui y cherchaient des poux, à notre Dollard. Ok, c’était un peu broche à foin, son affaire, mais dans les écrits de c’te temps-là, j’ai rien vu qui laisse croire qu’Adam Dollard, sieur des Ormeaux, était aut’chose qu’un bon gars, courageux, dévoué pis plein d’bonnes intentions.

En 1660, ça faisait yinque une couple d’années que Dollard était arrivé en Nouvelle-France. De lui, on sait pas grand-chose, à part que c’tait pas un tout nu, pis qu’y avait été dans l’armée en France. C’tait un des hommes de confiance de Maisonneuve, pis y’était commandant de garnison à Ville-Marie.

Mais dans c’temps-là, aussi, c’tait pas jojo. Les Iroquois arrêtaient pas d’attaquer, faique pas moyen de faire les semailles sans s’faire tuer. En plus, y bloquaient le fleuve Saint-Laurent pis la rivière des Outaouais, faique y’avait pu de fourrures à échanger pour acheter des affaires de base, comme, tsé, d’la farine. La colonie était rendue tellement pauvre que le gouverneur était pu capable de payer la solde de sa garnison. Si ça continuait de même, tout le monde allait devoir abandonner Ville-Marie pis sacrer son camp en France. 

Bon. Là, on va parler de l’éléphant dans la pièce (pis non, c’est pas votre mononc Rodrigue qui boit sa Laurentide tablette dans le coin du salon en regardant la game Canadien-Flyers à RDS) : les Iroquois, là, y’étaient chez eux. C’est les Français qui sont arsoudus de nulle part. Y se sont sacrés drette au milieu du danger, où c’qu’y avaient pas d’affaire, pis moé, j’ai toujours eu pour mon dire qu’y faut pas se crisser à des places. Mais bon. Si y’étaient pas venus icitte, on s’rait pas là. 

Entécas, Dollard, lui, ça y démangeait de faire de quoi. Y’avait 24 ans, y’était fringant pis y voulait faire ses preuves. C’est pour ça qu’au printemps de c’t’année-là, y s’en alla voir Maisonneuve pour y proposer de quoi : 

— Ouin, j’en ai parlé avec d’autres gars, pis on irait en expédition contre les Iroquois, si ça vous dérange pas. 
– Hein? Où ça? 
— Ben tsé, j’me disais que dans pas long, y vont r’venir d’la chasse en passant par la rivière des Outaouais. Y vont être en p’tites gangs, brûlés, tannés, tout embarrassés par leur tas d’fourrures, pis y’auront quasiment pu de munitions. Ça serait l’moment parfait pour aller les achaler. On partirait maique les glaces soyent fondues pis que ça soye allable en canot. 
— T’es-tu sûr? Messemble que c’est risqué pas mal! 
— Ouan, mais chus prêt à risquer ma vie! Ça m’dérange pas. C’est pour la colonie!
— Bon, ben tu m’as l’air pas mal décidé, mon Dollard! T’as ma bénédiction. Envoye fort! 

Faique Dollard pis les 16 autres braves jeunesses qu’y avait recrutées – le plus vieux de la gang avait 31 ans – s’équipèrent, se confessèrent, firent leur testament pis se jurèrent devant Dieu de pas faire les pissous pis de toffer la run jusqu’au boutte.

Le 19 avril, y partirent en canot avec des provisions pour toute l’été. L’affaire, c’est qu’y avait personne dans’gang qui était ben ben bon avec un canot. Faique ça allait tout croche pis c’était la grosse misère : 

— Ben non, pagayez pas toute du même bord, astie, c’pour ça qu’on fait yinque tourner comme des codindes!
— Jacques, la roche! 
— Hein? 
— LA ROCHE, JACQUES! On va se crisser dedans!  

Tellement qu’y restèrent pognés huit jours au boutte de l’île de Montréal, bloqués par un rapide, pis y’arrivèrent yinque le 1er mai au Long-Sault, qui serait, mais on n’est pas sûr, les rapides de Carillon, sur la rivière des Outaouais.

Rendu là, Dollard trouva un bon spot pour attendre les Iroquois : un vieux fort construit par les Algonquins l’automne d’avant sur une p’tite butte. 

« Ouin, mais Dollard, ça fait dur en estie! C’est yinque un rond de terre avec des vieux pieux laittes! Sont tellement pourris, on dirait les dents à Ti-Jean! »

Mais Ti-Jean (qui, l’histoire le dit pas, mais était déjà à boutte de dormir à terre dans le frette le linge tout trempe, pis avait le cul en chou-fleur à cause des hémorroïdes) filait pas pour endurer les farces plates :

« Heille, va don chier, Robin! »

« Vois-tu de quoi de mieux autour, toé? répondit Dollard. C’est pas si pire, là, r’garde : le button nous donne l’avantage du terrain. On a yinque à renipper un peu la palissade, pis ça va être correct. »

Faique Dollard pis ses hommes se mirent à l’ouvrage. Pis tandis qu’y bûchaient pour se faire des nouveaux pieux, une quarantaine de Hurons pis d’Algonquins, dirigés par un dénommé Annaotaha, r’tontirent au fort :  

« Heille, salut! On est partis de Québec exprès pour aller écœurer les Iroquois. En passant par Montréal, on a su que vous étiez là pour faire la même affaire, faique on a demandé à M. de Maisonneuve si on pouvait aller vous trouver. Pis, ben, nous v’là! »

Avec eux-autres, ça commençait à faire pas mal de monde à’messe, mais Dollard était toujours ben pas pour les r’virer les de bord.  

Déjà le lendemain, des éclaireurs français virent deux canots d’Iroquois. Dès qu’y accostèrent, les éclaireurs se mirent à leur tirer dessus, mais dans le bordel qui suivit, y’en a une couple qui réussirent à se sauver. 

Nos Français en firent pas plus de cas que ça, mais su l’heure du dîner, tandis que Dollard et compagnie étaient après se faire à manger, y’arsoudit sur la rivière 200 (wô-oui, deux cents) Onontagués – c’tait une des tribus iroquoises – sur le pied de guerre, la hache dans la ceinture pis le fusil dins mains. Quand Dollard vit ça, les yeux y vinrent gros comme des trente sous :

« Hiii tabarnak! » 

Y r’troussa comme un lièvre pis partit à la course pour se réfugier en dedans d’la palissade, suivi par les autres Français, les Hurons pis les Algonquins, juste à temps pour échapper aux Onontagués. Pis là, y’eut aucun dialogue : drette tusuite, les balles se mirent à siffler d’un bord pis d’l’autre. Après un boutte, un capitaine onontagué s’approcha du fort, pas d’arme, pis demanda : 

« Heille, qui c’est qu’y a là-dedans, là pis qu’est-cé vous venez faire icitte? »

Dollard avait clairement pas le gros boutte du bâton; y’était pas pour dire la vérité, faique y’inventa une menterie su’l fly :

« On est 100 Français, Hurons pis Algonquins, pis on s’en allait au-devant des Nez-Percés! »

Les Nez-Percés, c’étaient les Anichinabés, une tribu algonquine alliée que les Français appelaient aussi les Outaouais. 

— Ok, dit l’Onontagué. Faudrait qu’on jase, de notre bord, pour décider qu’est-cé qu’on va faire. On fait-tu une trêve pendant c’temps-là?
— Ça marche, mais allez d’l’autre bord de la rivière! 

Mais les Onontagués allèrent pas pantoute l’autre bord de la rivière : y commencèrent à se monter leurs propres murs drette en face du vieux fort algonquin. Pendant ce temps-là, Dollard et compagnie pédalaient en fous pour fortifier leur palissade poquée. Pis Dollard, lui, comprenait pas pantoute ce qui se passait :

— Ben voyons donc, calvaire! Sont ben beaucoup! Qu’est-cé qui se passe? C’tait censé être yinque des p’tites gangs isolées qui r’viennent d’la chasse!
— Tsé, ça fait des années que ça se dit, qu’un m’ment’né les Iroquois vont former une grosse armée pour raser la colonie, répondit Annaotaha. 
— Ouin, mais ça arrive jamais! 
— C’est ben d’valeur, mais ch’pense qu’on crie pu au loup : l’armée s’en vient, pis on est tombés drette dessus…  

Dollard eut même pas le temps de digérer l’information, parce que ben vite, les Onontagués recommencèrent à attaquer. Mais pas question pour lui de brailler pis de se rouler en boule à terre : y commanda bravement ses hommes, qui poivrèrent généreusement l’ennemi. Les Iroquois, surpris de se faire accueillir aussi raide, durent repartir dans l’autre sens, laissant là leur morts pis leurs blessés. 

Pis là, deux-trois Hurons se garrochèrent en bas de la palissade, pognèrent un capitaine onontagué, le décapitèrent pis plantèrent sa tête sur un pieu.  

Ça prenait pas la tête à Papineau pour savoir que c’tait pas l’idée du siècle : les Onontagués vinrent trois fois plus enragés pis attaquèrent le fort par en arrière, pour l’effet de surprise. Mais c’te fois-là aussi, y frappèrent un mur de balles, tellement qui durent laisser faire pis r’tourner en arrière de leur palissade pour décider qu’est-cé qu’y allaient ben faire : 

— Simonac, qu’est-cé qu’y ont mangé, là-dedans? On se fait crisser une volée!
— Ben oui! Sont deux fois moins que nous-autres pis y nous torchent pareil! 
— Ça peut pas rester d’même. Va falloir envoyer quequ’un chercher les Mohawks pis les Onneiouts qui attendent après nous-autres dins îles Richelieu!

Les Mohawks pis les Onneiouts, c’tait d’autres tribus iroquoises; faique finalement, y’avait vraiment une armée qui s’en allait raser Ville-Marie. 

Sauf que là, pour l’instant, ça avait d’l’air que les Iroquois s’en venaient régler leur cas à Dollard pis à ses chums. Aussi ben dire qu’y étaient faites comme des rats.

Mais ça, y le savaient pas encore. Pis pour l’instant, y’avaient d’autres problèmes. 

Pendant qu’un des Onontagués était parti tuseul en canot chercher ses alliés, les autres s’étaient installés en arrière de leur palissade pis tiraient sur toutes ceux qui essayaient de sortir du fort. Pognés comme des bestiaux d’un enclos, les Français, les Hurons pis les Algonquins avaient pu de fun pantoute. Faisait frette, ça puait la marde pis y’avait pu une maudite goutte d’eau; personne était capable de dormir, pis en plus, y commençait à manquer de munitions. 

Le siège dura 5 ou 7 jours, dépendamment d’à qui tu demandes, pis finalement, l’Onontagué qui était parti aux îles Richelieu arvint avec 500 guerriers mohawks pis onneiouts. Voyant ça débarquer pis débarquer pis débarquer su’l bord d’la rivière, Annaotaha se faisait pu d’idées su leurs chances de victoire : 

— Dollard, ça a pu d’allure. On est yinque 60 ici-dedans pis on va se faire massacrer. 
— J’vois ben ça, mais y’est pas question qu’on se rende! 
— Cibole, mon homme, ça te servira pus ben ben d’avoir la tête dure quand tu vas être mort! Ar’garde : dans ma gang, y’a un Onneiout qui a changé d’camp pis qui est avec nous-autres depuis une couple d’années; on pourrait l’envoyer au Iroquois avec des cadeaux, pis y pourra peut-être nous négocier de quoi, qu’est-ce t’en penses? 
— Ouin, on peut faire ça. 

Faique l’Onneiout huronisé s’en alla parlementer. Pendant ce temps-là, des Hurons qui, eux-autres, faisaient partie de la gang d’Iroquois essayèrent de convaincre ceux-là en dedans du fort de laisser faire un combat qu’y pouvaient pas gagner, en jurant qu’y allaient être ben traités.

En entendant ça, une trentaine de Hurons qui étaient avec Dollard sautèrent la palissade pis allèrent arjoindre les Iroquois. Pis les Iroquois, qui étaient ben sûrs que tout le monde dans le fort allaient se rendre, s’approchèrent pour pogner les transfuges. Mais les Français, sur le gros nerf pis pas pantoute convaincus de l’issue des négociations, leur tirèrent dessus pis en tuèrent une couple. Annaotaha était en tabarnak : 

« Gang de caves! Vous avez foutu la marde! Là, vous les avez fâchés pour de vrai, pis y’a personne icitte qui va en réchapper! »

Malgré toute, y’avait décidé de rester avec les Français jusqu’à fin. Parce que pour Dollard pis sa gang, c’était le combat final : 

« Pour Dieu pis pour le roi! »

Comme de fait, les Iroquois, à boutte de se faire niaiser, repartirent à l’attaque; surtout qu’à c’t’heure, par les Hurons qui avaient changé de camp, y savaient qu’y avait même pas 30 gars dans l’fort.

Encore une fois, y se firent grêler généreusement. Mais là, y’eurent une idée : y se firent comme des gilets pare-balles primitifs en se mettant des bûches su’l chest côte à côte, de sorte qu’y étaient couverts du haut de la tête jusqu’à la moitié des cuisses. 

Amanchés de même, y réussirent à se rendre jusqu’au fort à Dollard, pis y commencèrent à essayer de faire des trous dans la palissade. 

« Ah, maudite marde! » 

Dollard savait que c’était juste une question de temps avant qu’y passent au travers. Faique y’eut une maudite idée de débile, le genre de patente qu’on voit yinque dins vues : il prit un mousqueton – une arme à feu avec un canon moins long qu’un fusil –, bourra le canon de poudre, boucha le boutte pis mit une pincée de poudre roulée dans du papier dans le bassinet, pis alluma le papier. De même, y’avait fait une espèce de grenade pour garrocher aux Iroquois en bas d’la palissade.

Sauf que là… Comme disait Pépère Poêle, mon pére à moé, les gars d’la ville, ça pense jamais aux branches. Quand ça va dans l’bois, ça passe son temps à se crever les yeux su des branches. Pis Dollard, c’tait un gars d’la ville. Faique quand y lança son mousqueton-grenade maison, comme de faite y pensa pas au gros arbre qu’y avait juste à côté du fort. Faique son projectile r’bondit sur une branche pis r’vola en dedans. 

BOUM. 

L’explosion tua ou ben estropia une bonne gang de Français pis de Hurons. Profitant de t’ça, les Iroquois mirent leurs fusils dans les meurtrières – pour ceux qui le savent pas, c’est les fentes dans un mur fortifié qui servent à tirer sur les ennemis sans devoir se sortir la face – pis tirèrent sur toute c’qui bougeait. 

Quand y finirent par rentrer en dedans, y restait pu yinque Dollard, Annaotaha, quatre Français pis trois Hurons. Nos héros se défendirent comme le yâble dans l’eau bénite, à coups de sabre, de hache pis de c’qui restait de munitions.

Mais tsé, la bravoure, c’pas toute: ben vite, à 11 contre des centaines, y tombèrent sous les coups, pis c’est d’même que se termina leur résistance pas d’allure qui avait duré ben plus longtemps qu’a l’aurait dû. 

Faique finalement, Dollard, ça a-tu donné de quoi, son aventure un peu tout croche? 

Ben sûr que oui. C’est clair qu’y a rien qui s’est passé comme y pensait. Y’avait pas prévu, lui-là, de se ramasser en face d’une armée.

Mais, voyant à quel point y s’étaient faites rincer par une aussi p’tite gang, les Iroquois jugèrent que c’tait mauvais signe pis décidèrent de laisser faire l’attaque sur Ville-Marie pour tusuite. 

Faique comme ça, les Français purent faire leurs semailles tranquilles, sauvant la colonie d’la famine. 

Pis Pierre Radisson, le fameux explorateur pis coureur des bois, put r’venir sans trop de trouble de sa chasse dins Grands Lacs avec une grosse cargaison de fourrures, renflouant les coffres d’la colonie. 

Faique malgré les débarques en canot, les incidents diplomatiques pis les gaffes explosives, ch’pense qu’on peut le dire : c’tait un peu par accident, mais Dollard des Ormeaux, grâce à sa bravoure, est devenu un héros, pis sans lui, le Québec, ou en tout cas Montréal, aurait pas la même face pantoute aujourd’hui.


Source :
François Dollier de Casson, Histoire du Montréal. https://play.google.com/books/reader?id=8FEEkXiYf1sC&hl=fr&pg=GBS.PP1
André Vachon, « DOLLARD DES ORMEAUX (Daulat, Daulac), ADAM  », dans Dictionnaire biographique du Canada. http://www.biographi.ca/fr/bio/dollard_des_ormeaux_adam_1F.html

Madeleine de Verchères

Madeleine de Verchères sur une affiche de recrutement en temps de guerre, 1939-1945.

Madeleine de Verchères! Elle, c’est un peu notre Jeanne d’Arc à nous-autres.

En 1692, alors qu’elle était ado et que ses parents étaient pas là, elle défendit quasiment toute seule le fort de son père, le seigneur de Verchères, contre une attaque d’Iroquois.

Ça, personne va vous astiner là-dessus : Madeleine, c’était une vraie.

L’affaire, c’est qu’elle a conté deux fois son aventure. La première fois, c’était court et touchant, pis ben raisonnable. La deuxième, on dirait qu’elle beurrait épais pis charriait même par bouttes.

Là, j’étais ben embêtée. J’étais pas pour vous conter des affaires qui sont peut-être des menteries! Par contre, la deuxième version de Madeleine est ben plus croustillante, pis c’est celle‑là qu’on voit le plus souvent dans les livres d’histoire.

Donc, je vais la laisser parler elle-même. Comme ça, si elle essaye de vous faire des accroires, ben ce sera pas de ma faute. Prenez juste ça avec un grain de sel.

Faique, vas-y, Madeleine! On t’écoute.


« Mesdames et Messieurs, laissez-moi vous raconter l’aventure qui m’arriva en 1692, l’année de mes 14 ans.  

C’te journée-là, mes parents étaient partis – mon père à Québec, ma mère à Montréal.

Le matin, j’étais à peu‑près à cinq arpents du fort de Verchères, quand j’entendis des coups de fusil.

« Sauvez-vous, Mam’zelle Madeleine! me cria un de mes domestiques. Les Iroquois s’en viennent! »

Je me revirai, pis je vis-tu pas quarante-cinq Iroquois qui tiraient sur les habitants pis qui s’en venaient à la course! Décidée à mourir plutôt qu’à me laisser pogner par eux‑autres, je partis vers le fort, les jambes au cou et priant la sainte Vierge, tandis que les balles me sifflaient chaque bord de la tête.

Quand je fus arrivée assez proche du fort pour qu’on m’entende, je criai : « Aux armes, aux armes! » J’espérais que quelqu’un vienne m’aider, mais personne se montra la face; il y avait deux soldats dans le fort, mais ils étaient probablement allés se cacher dans la redoute, les pissous. Je vis juste deux femmes qui se lamentaient parce que leur mari venait de se faire tuer. Elles voulaient pas rentrer, mais elles eurent d’affaire à me suivre : les Iroquois arrivaient, pis fallait fermer la porte au plus maudit.

Ça avait ben d’l’air que je devrais m’occuper toute seule de défendre le fort. Avant ça, les Iroquois avaient tué mon grand‑frère François-Michel pis deux maris à ma sœur Marie‑Jeanne, faique y’était pas question que je me laisse faire. Je me rendis à la redoute, où étaient les munitions et les deux soldats : y’en avait un qui était caché, pis l’autre qui avait une mèche allumée dans les mains.

– Ben voyons, quessé que vous faites avec ça? lui demandai-je.

– C’est pour allumer la poudre pis nous faire sauter, Mam’zelle, répondit-il, les yeux grands comme des trente‑sous. Y nous pogneront pas vivants!

– Êtes-vous après virer fou? Éteignez-moi ça tusuite! lui ordonnai-je, tellement raide qu’il l’éteignit sur un moyen temps, sa mèche.

Là, j’enlevai mon bonnet; je pris un chapeau d’homme, que je m’enfonçai su’a tête, pis un fusil. Et là, je dis aux deux soldats et à mes deux petits frères de 12 et 10 ans – parce que oui, ils étaient là, s’cusez, j’aurais dû vous le dire avant – :

« Bon, là, écoutez-moi ben. On va se battre jusqu’à mort pour notre patrie pis notre religion! Rappelez-vous de ce que mon père dit tout le temps : les gentilshommes viennent au monde juste pour verser leur sang au nom de Dieu et du roi. Il arrête pas de nous r’battre les oreilles avec ça, pis là, c’est le temps d’y montrer qu’on a compris! »

Crinqués par mes paroles, mes frères pis les deux soldats pissous pognèrent aussi des fusils et se mirent à tirer sur l’ennemi. Quant à moi, je demandai qu’on tire un coup de canon pour faire peur aux Iroquois pis pour avertir les autres soldats qui étaient partis à la chasse de se sauver pis de pas rentrer au fort.

Mais là, même au‑dessus des pets de fusils, on entendait quand même les cris des femmes pis des enfants morts de peur qui braillaient à n’en pu finir. Tannée, j’allai les voir et leur dit :

« Heille ça va faire, le braillage! L’ennemi va vous entendre pis penser qu’on a rien pour se défendre. Je comprends que vous avez la chienne, mais là, avec votre chignage, on a l’air d’une gang de désespérés! Arrêtez-moi ça tout de suite! »

Pendant que je leur parlais, je vis un canot sur la rivière : c’était M. Pierre Fontaine avec sa femme pis ses enfants qui s’en venaient débarquer au fort. C’était évident qu’ils allaient se faire tuer si on faisait rien. 

« Vous-autres! dis-je aux deux soldats. Allez au-devant d’eux-autres pis couvrez-les pendant qu’ils se rendent au fort! »

Il y eut un silence malaisant. Un soldat toussa, pis l’autre se regardait les pieds, les orteils par en‑dedans. J’étais pas ben ben surprise.

« Si c’est de même, je vais y aller, moi. Laviolette! dis-je à mon domestique. Pendant que je vais être sortie, tu surveilleras pis tu garderas la porte ouverte. Si on se fait tuer, ferme la porte pis continuez à défendre le fort. C’tu clair? »

Faique je sortis du fort avec mon chapeau pis mon fusil. J’espérais que les Iroquois pensent que c’était un piège, que j’étais un appât et qu’ils allaient se faire pogner s’ils venaient m’attaquer. J’étais pas dans leur tête, mais en tout cas, ils me laissèrent me rendre sans problème à la rivière.

M. Fontaine, sa femme et ses enfants débarquèrent du canot, et je les fis marcher en avant de moi. J’étais tellement droite pis sûre de mon affaire que je fis accroire aux Iroquois qu’ils avaient plus d’affaire à avoir peur que nous‑autres, et ils nous laissèrent rentrer dans le fort sans essayer de nous tuer.  

Après tout ça, y commençait à faire noir. En plus, le nordet se mit à souffler, accompagné de neige pis de grêle; la nuit allait être longue, d’autant plus que j’avais peur que les Iroquois profitent de l’obscurité pour essayer de grimper après la palissade. Faique là, je rassemblai mes troupes : Pierre et Alexandre, mes deux petits frères; Laviolette, notre domestique; La Bonté et Galhet, les deux soldats pissous; un vieux monsieur de 80 ans; et maintenant, M. Fontaine.

« Aujourd’hui, Dieu nous a sauvés de nos ennemis, commençai-je, mais c’te nuite, va pas falloir dormir au gaz. Vous verrez ben que moi, j’ai pas peur : Pierre, Alexandre, monsieur icitte pis moi, on va s’occuper chacun’un d’un bastion. MM. Fontaine, La Bonté et Galhet, allez trouver les femmes et les enfants dans la redoute. Si je me fais pogner par les Iroquois, rendez-vous jamais, quand bien même que je serais brûlée vive pis coupée en bouttes dans votre face. »

Tout le monde joua ben son rôle : toute la nuit, au-dessus du nordet qui soufflait comme un déchaîné, on entendait crier « Bon quart! » toutes les demi‑heures des bastions à la redoute pis de la redoute au bastion, « Bon quart! », comme si le fort était bourré de soldats.

Quand le soleil se leva, le fort était toujours deboutte, pis nous-autres avec. Soulagée, je m’adressai à ma petite troupe avec le sourire :

« Bon, ben ça a d’l’air qu’on a passé la nuite! Pis si on a passé celle‑là, grâce à Dieu, on peut en passer d’autres! Faut juste continuer à surveiller pis à tirer du canon pour avertir Montréal en espérant qu’ils viennent à notre secours.  »

Mes paroles ont eu l’air de faire effet : tout le monde semblait dedans pour continuer à tenir le fort; tout le monde, sauf Marguerite, la femme à M. Fontaine. Ben crère : c’était une Parisienne, une petite nature, peureuse comme toutes les Parisiennes, pis elle capotait ben raide :

– Heille là, là, Pierre, moi, je veux sacrer mon camp. On paqu’te les p’tits pis on s’en va au fort de Contrecœur. On est déjà chanceux de s’être rendus au matin, au travers des sauvages – qu’est-ce qui nous dit qu’on va être aussi chanceux la nuit prochaine? C’est juste un p’tit fort de rien pantoute, avec personne pour le défendre. Si on reste icitte, on va tous se faire tuer, ou devenir des esclaves, ou bedon mourir à petit feu en attendant des secours qui viendront jamais dans c’te crisse de trou perdu!

– Les nerfs, Marguerite! répondit M. Fontaine. Si tu veux, je peux te remettre toi pis les enfants dans le canot avec une voile, pis te donner une bonne poussée. Les enfants savent canoter, faique ça devrait ben aller. Mais moi, j’abandonnerai jamais le fort tant que Mam’zelle Madeleine va être là pour le défendre.

– Pis moi, je reste icitte, rajoutai-je d’un ton ferme. Savez-vous, Madame, ce qui va arriver si les Iroquois rentrent ici-dedans? Y vont connaître nos défenses pis savoir comment nos forts sont faits, pis ça va juste les rendre plus fantasses quand y vont attaquer d’autres forts français!

[Madeleine précise pas ce qui est arrivé à la madame après; j’imagine qu’elle a pris son trou?]

Après ça, j’enfilai les nuits blanches – je passai deux fois 24 heures sans dormir ni manger! J’allais monter la garde sur les bastions, j’allais voir comment ça allait à la redoute; j’avais tout le temps le sourire dans la face pis l’air de bonne humeur, histoire d’encourager pis de réconforter mon monde.

La huitième nuit (parce qu’on a été de même à la merci des Iroquois pendant huit jours, tout le temps sur le gros nerf dans la peur d’une attaque), les secours finirent enfin par arriver : M. de La Monnerie, le lieutenant de M. de Callière, gouverneur de Montréal, s’en venait sur la rivière avec 40 hommes en essayant de pas faire de bruit, sachant pas si le fort était pris ou pas.

Une des sentinelles, qui devait avoir entendu du bruit, cria : « Qui c’est qui est là? »

Endormie tout croche, la face sur la table, le fusil au travers des bras, je me retroussai aussitôt et je montai sur le bastion.

– Y’a du monde qui parle sur la rivière, Mam’zelle Madeleine, écoutez!, me dit la sentinelle.

– Ben ça parle au yâble, t’as ben raison mon homme! J’espère que c’est des Français pis pas des Iroquois! répondis-je. Vous êtes qui, vous autres? m’exclamai-je.

– C’est La Monnerie, on vient vous aider! fut la réponse. 

J’attendis pas le messie, parce que nos sauveurs venaient d’arriver : je me garrochai à la porte du fort, où je plaçai une sentinelle, pis je courus à la rivière pour accueillir M. de la Monnerie. Aussitôt qu’il mit le pied à terre, je lui dis :

– Soyez le bienvenu, Monsieur! Je vous rends les armes.

– Mademoiselle, me répondit-il en faisant son galant, elles sont entre bonnes mains, on dirait ben!

– Pas mal plus que vous pensez, répliquai-je.

Le lieutenant entra dans le fort avec ses hommes pis trouva que, pour un fort assiégé depuis huit jours, il était pas trop magané. Pis là, enfin, ma petite troupe et moi, on put aller se canter. J’avais jamais été aussi brûlée de ma vie, mais j’avais fait mon devoir.


Source principale : Diane Gervais et Serge Lusignan , « De Jeanne d’Arc à Madelaine de Verchères : la femme guerrière dans la société d’ancien régime » https://www.erudit.org/fr/revues/haf/1999-v53-n2-haf216/005446ar.pdf

Les héros de Rivière-Ouelle

Un matin d’octobre 1690, la flotte de Sir William Phips, partie de Boston, remontait le fleuve Saint‑Laurent pour aller attaquer Québec. Écœuré après huit semaines en mer, le vent dans la face, Phips décida de jeter l’ancre devant Rivière-Ouelle pour faire le plein d’eau et de bouffe.  

Ce que les Anglais savaient pas à ce moment-là, c’est qu’ils avaient très mal choisi leur spot. C’est parce qu’ils étaient attendus – avec une brique pis un fanal, à part ça – par une gang de colons canadiens français ben décidés à pas se laisser manger la laine sur le dos.

Dans ce temps-là, Rivière-Ouelle, c’était la seigneurie de la Bouteillerie. Y’avait pas ben ben plus qu’une centaine de personnes qui vivaient là, sur le bord du fleuve pis le long de la rivière, à la dure mais avec la tête haute pis le dos droit, à défricher pis à cultiver la terre.

Mais là, depuis un petit boutte, tout le monde était un peu sur les nerfs : c’était la guerre entre l’Angleterre pis la France, pis c’est dans les colonies que ça se jouait. Le seigneur de la Bouteillerie lui‑même était parti à Québec, demandé par le gouverneur Frontenac pour aider à défendre la ville contre les Anglais.

Faique le seul chef qui restait à nos braves colons, c’était le curé, M. l’abbé de Francheville. Mais là, allez pas vous imaginer un bonhomme qui cale, avec une grosse bedaine pis une tache de vin de messe sur sa soutane, ou bedon un vieux sec qui trippe sur les p’tits gars pis les coups de règle sur les doigts! No-non. Le curé de Francheville, c’était tout un homme, pis y’avait l’étoffe d’un guerrier, à part ça.

La cinquantaine pis la charpente solide, il était habitué au frette pis aux rigueurs du pays, pis il savait se servir d’un fusil. L’abbé Casgrain, dans son livre Une paroisse canadienne au XVIIIe siècle, raconte qu’il avait un « caractère ardent et impétueux, [des] allures martiales [et] un regard de feu ». Câline! C’tu moé, ou y commence à faire chaud, icitte?

Toujours est-il que notre vigoureux curé savait que les bateaux de Phips remontaient le fleuve, faique il réunit ses paroissiens pour leur dire les vraies affaires :

– Bon, là, mes amis, j’ai des nouvelles, pis ça regarde mal, dit-il. Apparence qu’une trentaine de bateaux anglais seraient en route pour Québec. Le gouverneur a envoyé la milice des deux bords du fleuve pour empêcher les Anglais de débarquer, mais pas icitte, ça a ben l’air. Va falloir qu’on s’arrange avec nos troubles. Pis là, je serais ben déçu de vous autres si vous restiez là à vous pogner le beigne pendant qu’ils brûlent notre église pis nos maisons, volent nos affaires pis partent avec les femmes pis les enfants. Faique j’imagine que je peux compter sur vous-autres? Gardez vos fusils proches, pis quand y vont se pointer la face, on va être prêts pis on va les faire revirer de bord sur un moyen temps!

– Ouaaaaaais! s’écrièrent tous les paroissiens ben crinqués par le discours de M. le curé. Les Anglais vont manger leurs bas! Vive la France!

À partir ce moment-là, tout le monde se mit à guetter le fleuve. Finalement, un matin, les bateaux apparurent pis arrêtèrent drette en face de la pointe de Rivière-Ouelle. Pas longtemps après, les Anglais mirent des chaloupes à l’eau pour se rendre à terre.

Alors, les braves Rivelois, à la suite du curé de Francheville qui était le premier en avant, s’en‑allèrent dans le bois, au travers des érables pis des épinettes, pis s’embusquèrent au bord de la grève, raboudinés en arrière des crans de roche pis des arbres, dans le foin pis dans les creux du terrain. Sans un mot pis presque sans un respir, ils attendaient le signal du curé.

Pendant ce temps-là, les chaloupes anglaises approchaient avec plusieurs soldats à bord de chacune, ben relaxes, pensant qu’ils allaient pouvoir se slaquer un peu les bretelles. Au-dessus des vagues, du vent pis du chignage des goélands, on commençait à entendre des voix pis le bruit des rames.

– Pis là, on tire-tu?

– Ta yeule! On attend!

Comme la marée était haute, les Anglais purent accoster assez proche de la ligne des arbres, à portée des fusils de chasse des colons. On donna l’ordre de sauter à terre. Tandis que les soldats débarquaient, occupés à essayer de pas sacrer le camp dans l’eau frette, à ramasser leurs armes pis à tirer les chaloupes sur la grève, le cul face au bois, le fringant curé donna le signal :

« FEU! »

Et là, les Anglais frappèrent un mur – de balles. Ils avaient l’impression que ça tirait de tous les bords pis capotaient, parce qu’ils étaient pas capables de dire combien y’avait de tireurs. Il y en a plusieurs qui tombèrent raide morts, pis pas mal d’autres qui furent blessés. Ça a pas été long qu’ils remontèrent dans les chaloupes pis repartirent vers les bateaux en ramant comme des possédés. Les officiers avaient beau leur dire de rester pis de se battre, rien à faire : le diable était aux vaches. Les soldats dans les chaloupes encore à l’eau, voyant ce qui se passait sur la grève, se dirent : « Euh, d’la marde » et repartirent avant même de toucher terre.

Les Rivelois continuèrent de leur tirer dessus jusqu’à ce qu’ils soient finalement hors de portée. Le fougueux curé et ses paroissiens avaient gagné! Fallait le faire, pareil : une poignée de cultivateurs avec des fusils de chasse avaient fait décrisser une troupe de soldats de l’armée anglaise! Y’avait de quoi être fier. Tout le monde repartit vers le village, le sourire fendu jusqu’aux oreilles.

– On les a eus, astie!

– Heille, leur as-tu vu la face? Y’ont jamais su ce qui leur arrivait!

– Mets-en, c’est comme s’ils avaient vu le yâble en parsonne!

– Entécas, sont pas près de revenir nous écœurer, ces torrieux-là!

Quant à Phips, c’est à lui que le gouverneur Frontenac poussa la célèbre craque : « Je n’ai point de réponse à faire à votre général que par la bouche de mes canons et à coups de fusil! ». Lui et son armée mangèrent effectivement une volée à coups de canon et quittèrent Québec la queue entre les jambes. Le moins qu’on puisse dire, c’est que la puck roulait pas pour eux autre c’te fois-là! La Nouvelle-France était sauve, du moins pour encore un p’tit boutte.

Pis en passant, parmi ces colons au courage et au sang-froid dignes des meilleurs soldats, y’avait mon ancêtre Mathurin Dubé, le premier du nom venu en Nouvelle-France. Y’a des chances que vous en ayez un là-dedans vous aussi!

(Ça vous tente de vérifier? Cet article donne une liste détaillée et étayée par des recherches poussées :
https://robertberubeblog.wordpress.com/2017/04/06/1690-qui-sont-les-heros-et-les-heroines-de-la-bataille-de-riviere-ouelle-who-are-the-heroes-and-heroines-of-the-battle-of-riviere-ouelle/)