L’art médiéval : pourquoi c’que ça a d’l’air de c’que ça a d’l’air?

Vous l’savez, j’aime ben m’faire du fun avec les dessins pis les peintures du Moyen-Âge. Heille, comment ch’pourrais résister? L’art médiéval, c’est tellement bizarre! J’vous en ai montré en masse, depuis l’temps, mais j’vas quand même vous rafraîchir la mémoire. Argardez ça :

Saint Nicolas refusant le lait de sa mère, fresque de l’abbaye de la Novalaise (Italie), XIe siècle.

V’là une fresque du 11e siècle où on voit bébé saint Nicolas qui, selon la légende, arfusait de téter l’sein à sa mère les jours de jeûne. Encore la couche aux fesses, pis déjà plus catholique que le pape. Faut l’faire. Mais entécas, c’qui saute aux yeux, c’est que l’bebé a l’air d’un mini Nicolas Cage enroulé dans une baguette française, pis que le sein arsemble plus à une poire en caoutchouc.

On va se l’dire : C’EST LAITTE!

Mais comment ça, don? Y savaient pas dessiner, dans c’temps-là?

Pourtant, argardez l’genre de murale qui s’faisait 1 000 ans avant, dans l’Antiquité. Celle-là était dans une maison de Pompéi qui a brûlé quand l’Vésuve a pété en l’an 79, pis a été artrouvée en 1900 :

Fresque à la femme assise jouant de la lyre, Pompéi, vers 30-40 av. J.-C.

C’est beau, hein?

Faique qu’est-cé qui s’est passé après l’Antiquité pour que ça vire de même?

Bon ok : y’a eu une p’tite affaire appelée la débarque de l’Empire romain. Le monde a changé s’un moyen temps : les barbares germains engagés comme mercenaires pour défendre l’Empire ont pris la place de l’élite romaine. Pis eux-autres, y’avaient pas le même style artistique ni le même sens de c’qui est beau.

Par exemple, c’taient pas des péteux d’broue qui trippaient su l’art pour l’art pis qui disaient des affaires genre « ga’don comme est belle ma peinture de Junon/chus don cultivé avec mon bas-relief d’la guerre du Péloponnèse/le gros orteil gauche de l’Aphrodite de Praxitèle est une critique de la société d’consommation en Grèce antique ».

Non. Eux-autres, y préféraient décorer leux objets de toutes les jours, comme des têtes de hache, des broches pis d’autres affaires :

Les deux à gauche : protège épaules et boucle de ceinture du VVIe siècle, enterrement maritime anglo-saxon au Sutton Hoo.
En haut à droite : hache viking trouvée dans la tombe dite de Mammen, vers 970; en bas à droite : fibule ostrogothe de style animal, Ve siècle.

Pis comme vous l’voyez, y’aimaient les motifs tortillés qui s’répètent pis les formes d’animaux. Eux-autres, dessiner des paysages pis du monde de façon hyper réaliste, ça les intéressait pas. On l’voit ben su’é pierres à peintures en forme de zouiz d’la fin de l’âge du fer en Suède – le monde, les ch’faux, les bateaux, toute est faite simplement, avec pas d’détails :

Pierre à peintures dite de Stora Hammars, Gotland (Suède), VIIe siècle.

Faique ça explique en partie pourquoi, au Moyen-Âge, le réalisme dans l’art a pris l’bord, a déboulé trois étages, s’est pété la tête su’l calorifère en arrivant dans’cave pis a yinque arpris connaissance 1 000 ans plus tard à la Renaissance. Les Germains étaient les nouveaux boss d’la place, pis eux-autres, y s’en câlissaient, du réalisme.

C’tait déjà du gros bardassage culturel, c’tes changements-là. Mais y’est arrivé une autre affaire qui a viré l’Europe cul par-dessus tête :

Icône du Christ pantocrator, Monastère Sainte-Catherine Sinaï, VIe siècle.

Ben oui, vous-autres : J.-C. notre Sauveur, Lumière du monde, Agneau de Dieu pis toute le kit.

À partir du 3e siècle, le christianisme s’est mis à passer la gratte dans l’paysage religieux d’l’Europe. Partout, les peuplades s’convertissaient une après l’autre comme 4 trente sous pour une piasse.

Ben sûr, pour faire avaler l’Emmanuel au peuples barbares, y’a fallu un ti effort de marketing. Tsé, j’me mets à’place d’un gros guerrier poilu : une espèce de feluette accrochée après une croix, c’tait pas ben ben vendeur.

Faique après avoir ben étudié son public cible, le département d’la pub chez Église chrétienne Inc. est arrivé avec un super concept :

Le Christ représenté en guerrier héroïque, Psautier de Stuttgart, Allemagne, IXe siècle.

Ça vient d’un livre de psaumes allemand du 9e siècle. Pas pire, hein? Entécas moé ch’capote. Du marketing médiéval!

Mais bon. Ça a dû marcher, parce que, comme la nouvelle vedette de l’heure dins revues à potins, Jésus était rendu partout : l’art servait pu yinque à l’montrer, lui pis sa gang.

C’est là que les caractéristiques de l’art germanique sont arsoudues dans une des affaires qu’on associe le plus au Moyen-Âge : les enluminures, c’t’à dire les motifs, les dessins pis les belles lettres dorées qui décorent les manuscrits.

Par exemple, v’là le baptême à Jésus dans un livre de psaumes du 12e siècle :

Le baptême du Christ, Psautier de saint Alban, Angleterre, XIIe siècle.

La voyez-vous, l’influence germanique? Le cadre avec des motifs qui s’répètent toute le tour, pis le dessin pas compliqué – argardez la froque de poil à saint Jean Baptiste yinque suggérée par des tis bouttes qui pendent pis les ailes hyper géométriques des anges. Pis heille, ch’peux pas PAS souligner à quel point c’est flyé, comment l’eau est arprésentée, comme une espèce de bulle avec des poissons dedans.

À part de t’ça, les chrétiens du début, y’étaient ben su’é nerfs au sujet de c’qui était correct pis pas correct.

Prenez l’exemple de saint Augustin. Su’é questions de religion, y’avait pas plus téteux que lui. Tsé, y’a passé des mois à angoisser sur ce qui allait arriver rendu à’fin des temps au monde qui s’faisaient manger par des cannibales. Vu que leu corps avait été bouffé pis faisait maintenant partie du corps de quequ’un d’autre, y’allaient-tu pouvoir ressusciter?

Tsé, moé quand ch’fais de l’insomnie, ch’pense à ma vaisselle pas faite pis à mes taxes municipales qu’y faut que ch’paye. Chacun ses priorités.

Entécas, Augustin était aussi ben stressé par les images :

« Les images, là, c’est des MENTERIES! Tsé, un acteur qui joue une pièce de théâtre, ben c’est yinque un maudit menteur, parce qu’y essaye de nous faire accroire qu’yé quequ’un qu’y est pas. Les images, c’est pareil : une peinture de chat, c’pas un chat, mais l’peintre essaye de nous faire accroire que c’en est un. Pis les menteries, c’est juste pas chrétien. Faique tant qu’à moé, un bon chrétien, ça fait pas d’images pis ça r’garde pas d’images. »

Avant lui, l’écrivain Tertullien avait dit qu’être un artiste, c’tait carrément incompatible avec être chrétien, parce que n’importe quelle image qu’on crée peut devenir une idole.

Heureusement, le pape Grégoire le Grand était pas mal plus relax avec ça.

Autour de l’an 600, Grégoire avait arçu une lettre de l’évêque Serenus de Marseille qui capotait ben raide parce que pu parsonne venait à l’église depuis qu’y avait décâlissé des images religieuses pis les avait crissées par la f’nêtre parce qu’y pensait que c’tait l’idolâtrie.

Grégoire, c’tait quequ’un de pragmatique. Y’était ben pieux, mais savait ben que des fois, dans’vie, faut faire des compromis. Y lui a donc répondu :

« Ben voyons don, qu’est-cé t’as faite là, maudit cornet? L’idolâtrie, là, j’aime pas ça plusse que toé. Mais gad’ben. C’est quoi ton but, dans l’fond? Convartir les barbares? Y’en a une maudite gang là-dedans qui savent pas lire, faique comment tu veux qu’y apprennent l’histoire sainte si y’a voyent pas dans des images? Là, toute c’que t’as faite, c’est les choquer, pis y sont partis. C’est ben beau l’zèle, mais c’est pas d’même que tu vas réussir à sauver leux âme! »

Faique bref, les images étaient permises, mais juste pour instruire les illettrés, pas pour être réalistes. En faite, fallait surtout pas que ça soye réaliste, d’un coup que l’monde se mêlent pis s’mettent à vénérer l’image au lieu d’la vraie affaire comme des maudits païens.

En gros, ça explique pourquoi on est passé de statues de déesses nu boules pis de héros qui pourraient faire la couverture des revues encore d’nos jours, à des affaires de même :

La Dernière Cène, fresque de la basilique Sant’Angelo in Formis, Italie, XIe siècle.

C’t’une fresque de la Darnière Cène qui date du 11e siècle.

On voit que le but, c’est pas de faire un souper réaliste : Jésus pis les Apôtres ont toute l’air de des bouttes de carton, les tis pains ont aucun détail, pis l’artiste a même pas essayé de faire une perspective qui a de l’allure en dessinant la table.

Mais c’pas grave! On comprend tu’suite c’qui se passe, parce que toutes les éléments qui faut artenir sont montrés ben clairement. Faique comme outil pédagogique, c’est pas mal réussi!

En plus, pour qui est au courant, c’est possible d’arconnaître chacun des Apôtres à partir de p’tits détails (sauf Barthélémy, Thaddée pis Jacques le Majeur – eux-autres, parsonne se rappelle jamais qu’y existent pis sont toutes pareils énéwé).

À part de t’ça, vous armarquerez que même si y’en a qui sont plus loin ou plus proches, les Apôtres sont toutes de la même grosseur. C’est parce que dans ben des images de c’t’époque-là, la grosseur des affaires était proportionnelle à leur importance.

Pis parlant de grosseur proportionnelle à l’importance, j’ai un bon exemple pour vous autres.

Vous d’vez connaître la tapisserie de Bayeux? Au cas où, ben c’t’une tapisserie (si voulez faire votre péteux, c’est plutôt une broderie de fils de couleur sur une toile de lin de 230 pieds) qui raconte la conquête de l’Angleterre par Guillaume le Conquérant. A date du 11e siècle, pis c’t’une œuvre tellement extraordinaire que l’Unesco l’a ajoutée dans l’registre international Mémoire du monde. On rit pu.

Dans la tapisserie, y’a une scène où Guillaume le-bientôt-Conquérant sort d’la ville d’Hastings pour aller affronter le roi Harold Godwinson, jusse avant la bataille qui allait changer toute l’histoire de l’Angleterre. Comme on le voit, y’est aussi grand que la ville : ça permet de montrer que c’t’un big shot, pis aussi de mettre toutes les éléments d’information, peu importe leu grosseur, sans être obligé de se bâdrer avec les proportions ou l’espace su’a tapisserie :

Tapisserie de Bayeux, scène 47, Bayeux (France), XIe siècle.

Ah pis parlant de grosseur… Y’a pas yinque ça qui est proportionnel.

Dans la tapisserie de Bayeux, si on argarde ben, on peut voir un total de 93 zouiz, dont 88 sont après des ch’faux. Oui, y’a vraiment un gars qui a pris le temps d’les compter, pis y mérite une médaille.

Bref, c’est plein de ch’faux shaftés, pis le plusse ben amanché d’la gang, c’est le destrier du héros d’la tapisserie, c’t-à-dire le duc Guillaume. Ça a l’air niaiseux pour nous-autres, mais à l’époque, c’tait ben utile pour le monde qui savaient pas lire, parce qu’y pouvaient tu’suite se faire une idée d’un parsonnage à partir d’la graine de son ch’fal. Pas pire, hein?

Ben sûr, y’a une autre affaire à’quelle y faut penser quand on argarde une œuvre médiévale qui a l’air poche. Être un artiste, au Moyen-Âge, c’tait pas comme aux autres époques. Fallait pas absolument avoir un talent d’fou pis t’faire armarquer par les galeries d’art avec ton « approche picturale novatrice » ou bedon ton « langage visuel audacieux ». Peintre, ou bedon enlumineur, c’tait une job au même titre que pêcheur ou bûcheux ou forgeron ou maçon. Pis comme dans toutes les jobs, y’en avait des bons… pis y’en avait des moins bons.

On s’entend que le pauvre saint Vital de Ravenne, qui a été condamné à être enterré vivant, méritait mieux que ça :

Le martyre de saint Vital, illustration d’un manuscrit du XIVe siècle, France.

Pour résumer, si au premier r’gard, l’art médiéval a l’air d’un tapon de dessins faites par ton papoute à’garderie avec des bonshommes allumettes épeurants pis un soleil avec une face que t’es obligé de mettre su’l frigidaire pour pas y faire de peine, ben… C’pas ça pantoute. C’t’une forme d’art, avec ses propres codes pis ses propres affaires à apprécier. Faut yinque être au courant pis s’mettre en contexte.

Ben sûr, prenez pas toute c’que j’vous ai dit pour du cash. Moé, chus yinque une matante qui s’barce en contant des histoires. J’ai fouillé dins racoins un peu partout. j’ai toute mis c’qu’y avait d’l’allure ensemble, pis messemble que ça s’tient.

Entécas. À c’t’heure que toute ça est dit, pour finir, j’résumerais la relation entre l’art antique pis l’art médiéval avec c’t’image-là :

Sources :

Sur l’art médiéval en général :
https://smarthistory.org/a-new-pictorial-language-the-image-in-early-medieval-art/

Sur l’art Viking :
https://smarthistory.org/viking-art/

Sur Augustin qui angoisse su l’sort du monde mangés par des cannibales : http://www.clerus.org/bibliaclerusonline/pt/dj5.htm

Sur le pape Grégoire pis Sérénus de Marseille : https://www.jstor.org/stable/42617836

Le guide complet pour jouer à « spotter l’apôtre » :
https://iconreader.wordpress.com/2010/08/17/how-to-recognize-the-holy-apostles-in-icons/

Sur les zouiz dans la tapisserie de Bayeux : https://www.historyextra.com/period/medieval/bayeux-tapestry-penis-why-norman-conquest-battle-hastings-william-conqueror/


Un GROS merci à ceux qui m’encouragent sur Patreon : Christine L., David P., Chrestien L., Herve L., Valérie C., Eve Lyne M., Serge O., Alice et Tomasz, et Mélanie L.

Pour faire comme eux-autres et lire les articles avant tout le monde, c’est par ici!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s