La guerre de l’oreille à Jenkins

(Si c’est dur à lire, cliquez avec le piton droit d’la souris pis faites « Ouvrir l’image dans un nouvel onglet ».

J’vous gage que yinque avec le titre, vous êtes déjà intrigués.

C’est qui, ça, Jenkins? Qu’est-cé qu’a crisse, son oreille? Pis c’est qui l’cave qui part en guerre pour une niaiserie de même?

Avant d’répondre à toute ça, va falloir que j’commence par vous mettre en contexte.

Dins années 1700, y faisait chaud dins Caraïbes, pis pas yinque à cause d’la latitude : c’tait bourré d’Européens, y s’brassait des GROS bidous pis ça jouait dur en ti-péché. Garrochez une oreille au milieu de t’ça, pis c’tait jusse une question de temps avant que ça pète.

Dans c’temps-là, on était en plein commerce triangulaire. On vous a montré ça à l’école, mais ch’prendrai pas d’chance pareil :

Bref, c’tait un gros génocide dégueulasse qui passait pour une biznesse respectable.

Les Espagnols, eux-autres, préféraient pas se salir les mains directement avec l’achetage pis le charroyage d’Africains. Faique c’qu’y faisaient, c’est qu’y donnaient une espèce de contrat de sous-traitance qu’y appelaient l’asiento pis qui garantissait l’droit d’être le seul à pouvoir vendre du monde aux colonies espagnoles.

Dans l’boutte qui nous intéresse, c’tait l’Empire britannique qui avait l’asiento. Ça y donnait l’droit d’importer 5 000 Africains pis d’accoster avec 2 navires de 500 tonnes de marchandises par année aux ports espagnols des Caraïbes.

Sauf que c’tait vraiment pas assez au goût d’la Compagnie de la mer du Sud, qui s’occupait du commerce dins Caraïbes au nom de l’Empire britannique. A l’avait des GROSSES ambitions commerciales, comprenez-vous, pis y rentraient juste pas dans le p’tit contrat d’misère donné par les Espagnols. Fallait que ça dézippe à queque part.

La solution d’la Compagnie? Bourrer les bateaux de contrebande, ben crère!

(Là, j’sais que c’est lourd, toute ça, mais l’oreille va r’voler ben vite, j’vous l’promets.)

Sauf qu’après un boutte, les Espagnols ont commencé à se douter de quequ’chose :

« Heille, sont-tu après essayer d’nous en passer une p’tite vite, eux-autres là? »

Dans c’temps-là, les Espagnols pis les Britanniques – pis les Français aussi, mais sont pas super importants dans l’histoire – étaient toujours après se crêper l’chignon, faique y signaient des traités d’paix aux 20 menutes.

Faique quand y’ont signé le traité de Séville de 1729, les Espagnols en ont profité pour passer une belle p’tite clause qui leu donnait le droit d’arrêter pis d’inspecter n’importe quel navire britannique en ch’min vers les Amériques pour voir si y’avait pas des p’tits cadeaux de cachés à bord.

Pour la Compagnie d’la mer du Sud pis la marine britannique, c’tait c’qu’on pourrait appeler… un irritant :

— Ah, tabarnak.
— Quossé qu’y a?
— Les asties d’Flamencos encore, y nous ont spottés pis y s’en viennent nous aborder!
— Câlisse, pas eux-autres! La dernière fois, j’ai été obligé de domper 4 caisses de vaisselle Fortnum & Mason à’mer pour pas qu’on s’fasse pogner!

Pis là, en avril 1731, y’a un abordage de routine qui a dérapé solide.

Le capitaine au long cours Robert Jenkins s’en allait d’la Jamaïque su son bateau, le Rebecca, quand y s’est faite arrêter par des garde-côtes espagnols. C’est pas trop clair c’qui s’est passé exactement, mais la chicane a pogné, pis ça a pas été long que l’capitaine Jenkins s’est ramassé attaché après l’mât de son bateau.

Là, le capitaine des garde-côtes, Juan de León Fandiño, y’a pogné l’oreille gauche pis y’a coupée d’un coup d’sabre. CHLAK.

Après ça, y lui a ardonné son oreille en disant :

« Quins, montre ça à ton roi, pis dis-y qu’m’as y faire pareil si j’y vois la face par icitte! »

Là, vous vous dites : « Bon! Faique y’est artourné en Grande-Bretagne, y’a montré son oreille, tout l’monde a été scandalisé, pis l’Empire britannique a déclaré la guerre à l’Espagne! »

Pas tant.

Ben sûr qu’en arvenant chez eux, Jenkins a porté plainte, pis un article su sa mésaventure a passé dans le Gentleman’s Magazine de Londres en juin 1731. Mais sinon, parsonne a pogné les nerfs avec ça; c’tait plus une anecdote qu’autre chose, pis la réaction de la plupart du monde a été :

« Y s’est faite couper l’oreille, lol. »

Comme disent les jeunes d’à c’t’heure, entécas.

C’en est pas mal resté là. Mais, l’année d’après, les Britanniques sont allés fonder la colonie de Georgie drette à côté d’la Floride, qui appartenait aux Espagnols. Pis les Espagnols ont pas aimé ça pantoute, c’qui était pas pour aider les deux empires à mieux s’accorder.

En plus, en 1733, le roi d’France Louis XV a signé un pacte d’alliance avec son mononcle Philippe V d’Espagne, pis c’tait pas super d’adon pour les Britanniques. À partir de c’te moment-là, les Espagnols pis les Français, rendus encore plus fantasses en sachant qu’y s’entrebackaient, se sont mis à écœurer encore plus les navires britanniques.

En 1738, le ton a commencé à monter au Parlement de Londres. Les tories – le parti d’opposition, là – voulaient la guerre contre l’Espagne, pis y’étaient pas tu’seuls : la Compagnie de la mer du Sud était tannée de s’faire mettre des bâtons dins ambitions commerciales. L’affaire, c’est que l’premier ministre whig Robert Walpole était pas trop chaud à l’idée :

« Mouerf, on veut-tu vraiment s’embarquer là-dedans? Mettons qu’on leu déclare la guerre pis que la France saute dans l’tas d’leu bord à eux-autres, on va avoir l’air fous s’un moyen temps. Chus sûr qu’y a moyen d’régler ça autrement. »

Faique là, les tories se sont mis à fouiller dans toutes les racoins possibles pour trouver toutes les cas où c’que les Espagnols ou les Français auraient faite d’la marde à des marins britanniques. Pis c’est là qu’y se sont souvenus de Jenkins :

« Heille! Vous rappelez-vous de, tsé, l’gars avec son oreille coupée? Ça aurait l’air qu’y l’a gardée dans l’vinaigre, en plus! Ça, ça puncherait si y’a montrait en Chambre! Comment c’qui s’appelait, don? »

C’est d’même que, 7 ans après l’incident, Jenkins a enfin pu sortir son oreille de ses tablettes à marinades.

Entécas, selon la légende. Ç’a d’l’air qu’y a pas de preuve écrite que Jenkins a vraiment sorti son boutte mariné devant tout l’monde au Parlement.

Sauf que là, l’affaire a faite pas mal plus de bruit : l’image en haut complètement, c’t’une caricature qui a paru dans l’journal The Craftsman le 24 juin 1738. Partout dans l’Empire, on parlait yinque de l’oreille à Jenkins.

Les tories avaient réussi leu coup : y’avaient montré assez d’écrapou pour que la majorité de la classe politique pogne le mors aux dents. Même le roi Georges II, qui filait pas fort fort parce qu’y v’nait pardre sa femme pis était pogné des hémorroïdes, était ben crinqué pour la guerre.

Le pauvre Walpole avait jusque pardu l’appui d’la moitié de son Cabinet, faique y’eut pas le choix de dire « mononc’ » :

« Ok, d’abord, vous allez l’avoir, votre guerre! »

Ça sert pas à grand-chose que j’vous conte la guerre en tant que telle dans l’détail. En gros, un tapon d’escarmouches ont éclaté un peu partout dins Caraïbes comme autant d’graines de popcorn au micro-ondes; les Britanniques ont attaqué les colonies espagnoles, les Espagnols se sont ben défendus, pis y’a eu énormément d’morts – surtout à cause d’la fièvre jaune pis d’la bonne vieille dysenterie.

Sauf que vers 1742, les Britanniques pis les Espagnols ont comme perdu l’intérêt pour leu chicane dans l’Nouveau Monde. C’est parce qu’y avait d’quoi de pas mal plus gros qui se brassait dins Europes : l’empereur Charles VI du Saint-Empire v’nait de mourir sans héritier doué de zouiz, pis y’avait toute légué à sa fille Marie-Thérèse. Pis comme c’tait une p’tite maman de 23 ans, les battes royaux de toute le continent pensaient qu’y pourraient la tasser facilement.

Crisse qu’y se trompaient. Mais ça, c’t’une autre histoire.

Entécas, au final, l’oreille à Jenkins aura pas changé grand-chose dans l’jeu d’échecs des grands empires coloniaux. Mais j’espère au moins qu’y l’a faite encadrer.


Un GROS merci à ceux qui m’encouragent sur Patreon : Christine L., David P., Chrestien L., Herve L., Valérie C., Eve Lyne M., Serge O., Alice et Tomasz, et Mélanie L.

Pour faire comme eux-autres et lire les articles avant tout le monde, c’est par ici!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s