La débarque historique des Templiers, en queques menutes

(Voici un p’tit boutte de morceau pour vous faire patienter, vu que le texte sur Jos Montferrand sortira yinque le 25.)

Bon. Ch’t’en retard avec ça, mais y’est jamais trop tard pour ben faire, hein?

Hier, c’tait le 13 octobre. Faique ça a fait 713 ans depuis le vendredi 13 octobre 1307, l’jour où toutes les Templiers de France ont été arrêtés d’une shot par les hommes du roi Philippe le Bel.

Au départ, les Templiers, y s’appelaient les « Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon ». Y s’étaient donné comme mission de protéger les pèlerins qui s’en allaient à Jérusalem – arprise par les Chrétiens pendant les croisades – pis que les bandits pognaient comme les gornouilles pognent des grosses mouches gourfues qui volent pas vite.

Mais les Templiers restèrent pas pauvres ben longtemps : y se mirent à r’cevoir des dons de partout, des nobles pis des rois comme du monde ordinaire. Y se faisaient léguer des bien pis des terres à la pochetée, pis comme y géraient ça en champions, toute ça a fructifié sur un moyen temps.

Un m’ment’né, parzempe, les croisades ont fini par finir, pis les Templiers ont pardu leux châteaux pis leux terrains en territoire musulman. Y’avaient pardu leu but premier. Mais y’étaient encore full riches, full puissants pis protégés par le pape… De quoi rendre Philippe le Bel, roi de France, ben jaloux.

Faique le roi demanda au pape Clément V de partir une enquête sur les Templiers : supposément qu’y crachaient sur les crucifix pour le fun pis qu’y vénéraient le démon Baphomet.

Sauf que l’pape, qui avait pas pantoute envie de faire ça, se traîna un ti peu les pieds, faique Philippe le Bel se tanna : y’organisa, dans le plus grand secret, l’arrestation de l’Ordre au complet en France. Pis comme les Templiers étaient pas des bandits, y se laissèrent emmener comme des agneaux.

Le roi saisit toutes leux biens, parce que tsé, ben sûr. Y les fit torturer, pis même le grand chef, Jacques de Molay, passa au batte lui avec. À force de se faire étirer su tou’és sens pis brûler l’tsour des pieds, les pauvres chevaliers finirent par avouer n’importe quoi pour que ça arrête.

Y’en a qui avouèrent, mais qui se rétractèrent après, faique Philippe le Bel les condamna toute au bûcher.

Rendu là, Clément V sentit que Philippe le Bel commençait à avoir le dessus, pis que lui avait l’air de plus en plus fou à mesure que le temps passait pis qu’y continuait à soutenir les Templiers. Faique y r’vira sa froque de bord, désavoua Jacques de Molay pis dissolut l’Ordre.  

Jacques de Molay était en beau saint ciboire de tabarnak.

Y passa finalement au bûcher le 18 mars 1314. Supposé qu’avant de mourir, y lança une terrible malédiction au pape pis au roi :

Clément V mourut le 20 avril 1314, probablement d’un cancer de l’intestin. Ses médecins lui avaient fait avaler des émeraudes pilées pour le guérir, mais on s’imagine que ça devait marcher aussi ben que l’œuf de jade dans la ploune à Gwyneth.

Quant à Philippe le Bel, y mourut d’un ACV pas longtemps après, le 4 novembre d’la même année. Pis ses trois fils pétèrent au frette sans descendance mâle, ce qui foutit la merde dans la succession pis déclencha plus tard la Guerre de Cent Ans, dont j’vous ai déjà parlé par la bande dans ma série sur la Guerre des Deux-Roses.

Jacques y était-tu pour de quoi? Sûrement pas, mais c’est l’fun d’y croire…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s