Yasuké, le samouraï africain — partie II

Partie I

Yasuké était après prendre son café, ben relax, quand l’pére Valignano arvint de son audience avec Nobunaga.

— Pis, boss? Ça a-tu ben été?
— Comme du beurre dans’poêle, mon homme! J’ai eu toute c’que j’voulais, pis l’avenir de la mission est assuré. Ah, pis, euh, en passant, ch’t’ai donné en cadeau à Nobunaga.
— PARDON!?

Ça prenait pas la tête à Papineau pour comprendre que Nobunaga trippait ben raide sur Yasuké. Comme c’tait la coutume, le Jésuite y’avait apporté des cadeaux – plusieurs sets de verres en cristal pis une couple de beaux fauteuils –, mais y’avait vite allumé que la meilleure façon de s’mettre dins p’tits papiers du seigneur japonais, c’tait d’y donner le grand Africain comme on offre un couteau à steak électrique ou bedon une chandelle patchouli et clou de girofle.

L’histoire dit pas comment Yasuké prit la nouvelle. T’faire « donner » sans t’faire demander si c’tait correct avec toé, c’tait plutôt poche. À part de t’ça, y’était l’employé à Valignano, pas son esclave! Le pére avait pas d’affaire à faire ça. Mais mettons que Yasuké avait pas trop le choix.

Obéissant, y quitta la mission jésuite pour se rendre au temple de Honnô-Ji, où y’allait être logé pour tu’suite.

Les jours d’après furent un peu surréalistes : toute c’te temps-là, y’attendit comme un coton dans l’antichambre de la salle d’audience de Nobunaga, avec deux gardes à l’air bête qui avaient pas grand jasette.

Le monde rentraient pis sortaient, ben pressés, des fois en y j’tant des p’tits regards curieux en coin, mais personne l’invitait à rentrer.

De c’qu’y avait compris, Nobunaga était ben dans l’jus : y’était après organiser un « umazoroé », une espèce de parade militaire avec des ch’faux pis des acrobaties pis des armures d’apparat pis la grosse affaire.Mais là, astie, combien de temps y’allait niaiser d’même?

Y’était assis à la japonaise, à genoux pis les fesses sur les talons. Y se pensait habitué. Mais y’était clairement pas prêt à faire ça des heures de temps :

« Calvaire, j’sens pu mes jambes! Comment c’qu’y font, eux-autres? Crime, faut que j’me lève, sinon m’a rester pogné. Ayoye… »

Faique de temps en temps y se l’vait, raide comme si y’avait 150 ans, pis marchait un peu avant de se rassire. Ça avait l’avantage de tirer un sourire aux deux gardes.

Le soir, une servante le ramenait dans la chambre d’invité où on l’avait logé, pis y’apportait un souper, qu’y mangeait tu’seul. C’tait bizarre en chien. D’aussi loin qu’y se rappelait, y’avait jamais dormi ni mangé sans être avec d’autre monde.

En plus, y commençait à être tanné de rien faire, pis savait pas pantoute ce que Nobunaga attendait de lui :

« M’as-tu faire une vraie job de garde du corps ou d’guerrier? Ou bedon m’a être comme un animal savant qu’on sort pour impressionner la visite? »

Y commençait à angoisser un ti peu.Pis enfin, au bout de trois jours, y’arçut des ordres : y’allait participer à la parade, là, l’umazoroé, qui devait avoir lieu drette le lendemain.

Pas longtemps après, une armée de couturières su’l gros nerf entrèrent dans sa chambre pis y cousirent du linge exprès pour l’occasion – pour faire de quoi à sa taille, y fallut qu’y raboutent le linge de TROIS hommes!


L’umazoroé était censé avoir été organisé en l’honneur de l’empereur. L’expression parfaitement étudiée pour pas avoir l’air de tripper sa vie ni de s’emmerder non plus – y’était considéré comme un dieu incarné, pis un dieu, c’tait pas censé faire de faces –, y’était assis au meilleur spot pour argarder la parade, dans un beau p’tit gazebo doré avec sa famille pis sa trâlée de courtisans greyés comme des arbres de Noël dans 72 épaisseurs de soie de couleurs différentes.

Mais ça allait vite être évident comme le nez dans’face c’tait qui le saint Jean-Baptiste dans’parade.

Devant des milliers de personnes jouquées dins arbres pis sur les toits, ou qui woiraient au travers des clôtures en bambou installées le long du parcours, arriva en premier la gang de big shots – les généraux plus proches de Nobunaga, comme Mitsuhidé Akéchi, lui qui avait dû s’arvirer s’un dix cennes pour toute organiser quand son seigneur avait eu une bulle au cerveau pis avait décidé que ça y prenait l’événement du siècle, dans trois s’maines, peu importe c’que ça coûte, arrange-toé.

Après v’naient les trois fils à Nobunaga : Nobutada, Nobutaka pis Nobukatsu.

Yasuké suivait, au travers d’une trâlée de samouraïs; une centaine de guerriers pis de hauts fonctionnaires du gouvernement à Nobunaga arrivèrent par après.

Tout d’un coup, la foule vint ben silencieuse : en darnier, telle la mariée d’un défilé de mode, Nobunaga s’en vint su son ch’fal noir comme la nuitte.

Y flashait en crisse avec son casse de démon, ses culottes rouges, ses souliers en brocart chinois, ses gants en cuir de chamois, sa tunique en toile d’or qui avait été faite v’la des siècles pour un empereur de Chine, pis ses deux beaux sabres avec la poignée pis l’étui incrustés d’or. Même son ch’fal était su son 31 : son tapis de selle était en soie, pis y’avait des beaux p’tits pichous avec des nuages brodés dessus. Pour tout l’monde qui était là, c’tait comme si l’dieu d’la guerre en parsonne v’nait d’arsoudre.

Les paradeurs firent un tour d’arène – bâtie exprès pour l’occasion dans un temps record par Mitsuhidé Akéchi –, pis chacun alla prendre sa place. Yasuké, lui, alla s’assire dins estrades : vu qu’y était arrivé un peu comme un ch’feu su’a soupe, y’avait pas de rôle dans le pestacle.

Pis là, pendant six heures de temps, Nobunaga, ses trois gars pis d’autres samouraïs firent toutes sortes d’acrobaties, pirouettant sur leu ch’fal, se tenant deboutte su leu selle, tirant à l’arc dans des angles impossibles su des cibles toujours de plus en plus loin pis switchant d’monture en plein galop, dans un mix de Cirque du Soleil pis de spectacle équestre de la GRC, toute réglé au quart de tour pis exécuté avec une grâce pis une précision à foutre la chienne aux ennemis de Nobunaga.

L’monde de Kyoto étaient fous comme des balais, pis pas juste à cause du Cavalia version Japon féodal qu’y argardaient gratis : après 100 ans d’guerre, y vivaient enfin en paix, le ventre plein, sous la protection d’un seigneur toute puissant comme y’en avait jamais eu avant.

Sauf que la paix pis l’abondance, c’tait pas pour tout le monde tu’suite : pour en profiter, fallait se soumettre ou être conquis, pis Nobunaga avait encore plein de provinces récalcitrantes à saigner pis à raser au solage pour les ajouter à son royaume unifié.

Faique, une semaine après l’umazoroé, Nobunaga s’en retourna chez eux su’l domaine du clan Oda, à Azuchi. Pour la raille jusque là-bas, y d’manda à Yasuké de ch’vaucher à côté d’lui.Pis y lui jasa ça TOUTE LE LONG.

Yasuké était pas habitué à ça : y’avait été esclave, pis mercenaire; l’pére Valignano y’avait toujours clairement montré qu’y était juste son employé en l’faisant marcher en arrière de lui. Mais Nobunaga… Nobunaga l’traitait comme un grand chum. Y lui racontait plein d’affaires. Y lâchait des jokes. Y lui expliquait c’tait quoi c’te montagne-citte, c’tait quoi c’te lac-là, c’te temple-citte pis c’te château-là, comme si y connaissait Yasuké depuis toujours pis qu’y était super content d’enfin l’arcevoir chez eux.

« Ben coudonc, se dit Yasuké. J’sais ben pas c’que j’fous icitte ni qu’est-cé que j’ai faite pour mériter ça, mais ça se prend ben en maudit… »

Au coucher du soleil, y’arrivèrent à Azuchi. Pour vous donner une idée de quoi le château à Nobunaga avait d’l’air, pensez au château japonais le plus typique possible, comme on voit sur, tsé les espèces de peintures sur tissu qui se roulent pis qui s’accrochent sur le mur pis qui se vendent dans l’genre de magasin louche où tu peux aussi acheter des pipes à eau pis des statues de dragon cheapettes?

Jouquée sur le dessus d’une montagne pis dépassant de la tête des arbres, une tour de sept étages de haut avec chacun son boutte de corniche de toit se dressait tout fière-pet, argardant de haut toute la région. Les cinq étages du bas étaient peinturés en noir; le sixième était rouge pétant, avec huit coins comme une pancarte d’arrêt-stop, pis le darnier était comme une p’tite maison carrée, mais arcouverte d’or, qui arflétait tellement le soleil que la bâtisse faisait comme un phare pour le royaume au complet.

En montant les marches qui s’rendaient jusqu’en haut, Yasuké se rendit compte qu’en faite, la butte au complet était une forteresse. Y’avait rang après rang de palissades pis une trâlée de citadelles qui faisaient autant de lignes de défense. C’tait une vraie p’tite ville où restaient plus de 3 000 guerriers, fonctionnaires pis serviteurs.

Après un p’tit lunch de fin de soirée, Nobunaga envoya tout l’monde se coucher. Ses généraux avaient toutes leur maison à eux-autres pas loin du donjon, mais Yasuké, lui, dut aller loger avec les gardes. Y’était pas insulté de t’ça – y’allait pas commencer à s’prendre pour une duchesse du jour au lendemain – mais y continuait de se d’mander c’que Nobunaga y voulait.

Yasuké s’attendit à c’qu’on y demande de faire son tour de garde, mais parsonne vint jamais le réveiller. Pis quand y s’proposa pour y’aller, y se fit argarder comme si y’avait trois yeux. Après une couple de jours, y déménagea dans une chambre à lui, mais on y’avait toujours rien demandé de faire.

« Voyons, y m’ont-tu oublié, coudonc? Pourtant, messemble que chus dur à manquer… »

Finalement, une journée, Nobunaga calla Yasuké; y’arcevait du monde, pis y voulait qu’y s’tienne à côté de lui comme garde du corps.

« Enfin, viarge! » pensa Yasuké.

Y’était pas le seul à être content. Nobunaga vit ben que tout l’monde qui rentraient dans sa salle d’audience faisaient l’saut en voyant son nouveau vassal pis v’naient toutes sur les nerfs, c’qui était en plein l’effet recherché.

Après ça, une couple de fois, l’seigneur l’emmena avec d’autres jeunes samouraïs s’épivarder dans’campagne : y chassaient, y pêchaient, y s’baignaient dins rivières pis dins sources d’eau chaude. C’tait quasiment romantique. Pis tout ce temps-là, Nobunaga arrêta pas d’y poser des questions, surtout sur les batailles où y’avait combattu pis les pays où y’était allé.

Les semaines passaient, pis plus ça allait, plus Yasuké sentait qu’y faisait sa place, un peu comme quand tu finis par étirer tes jeans serrées assez pour qu’y te fassent pu un ti bourrelet qui déborde. Y’était rendu un confident pis un conseiller en armes pis en tactiques de guerre étrangères, un sujet qui intéressait ben gros Nobunaga.

Pis un jour, son seigneur le fit venir dans ses appartements.

« Viens don prendre une marche, mon chum. »

Yasuké trouvait que Nobunaga avait un drôle d’air, mais y le suivit sans poser de questions. Y descendirent les marches le long de la montagne jusqu’à mi-chemin vers en bas. Ensuite, Nobunaga vira sur un chemin bordé d’arbres en fleurs, pis à droite dans une petite allée qui débouchait sur une petite maison.

En dedans, ça sentait le bois neuf, comme si ça venait juste d’être construit. Pis après avoir passé une couple de cadres de porte, Yasuké se rendit compte de quequ’chose de bizarre :

« Ben voyons, c’tu moé ou toute est faite plus grand, ici-dedans? J’ai même pas besoin de me pencher! Même le plafond est plus haut! »

Nobunaga le fit rentrer dans une grande pièce avec rien dedans à part une tite table où y’avait une épée courte sur un support.

En voyant ça, Yasuké eut un petit moment de panique :

« Voyons, y va-tu me d’mander de me suicider, comme les Japonais font quand y sont déshonorés? Le seppuku, qu’y appellent ça. Astie… Heille, les nerfs, j’ai rien faite de mal, moé là! En plus, y’a l’air ben relax, faique ça se peut comme pas que… »

Nobunaga leva les bras dins airs pour montrer la maison :

« Yasuké! À partir de maintenant, c’est chez vous, icitte. J’ai faite faire c’te maison-là exprès pour un géant! »

Le guerrier africain fut tellement surpris qu’y trouva rien à répondre pis put juste rester là avec un air de morue fraîchement pêchée.

Le seigneur s’étira le bras pour se rendre jusqu’à l’épaule à Yasuké :

« T’es mon guerrier noir, le démon qui va chevaucher à côté d’moé dins batailles, l’ange des ténèbres qui va me protéger, moé pis ma famille, dans ma maison. Pis l’épée, là, c’est le symbole de t’ça : tu vois, y’a mon emblème dessus. Faique à partir de maintenant, t’es mon samouraï – un membre du clan Oda. »

Sur ce, y s’en alla, en y faisant signe de rester là. C’tait pas fin d’y lâcher une bombe de même pis de le laisser tu’seul en plein pas creyage de shot, mais c’tait ça qui était ça.

Pis dès que le seigneur eut passé la porte, comme pour l’aider à comprendre ce qui venait de se passer, un homme pis une femme sortirent d’une pièce à côté, la tête baissée, pis y vinrent s’agenouiller en avant de lui. Yasuké fit enfin 1+1 :

« Une maison. Pis des serviteurs. Ch’t’un SAMOURAÏ, câlisse. Pincez-moé, quequ’un… »


Source : Thomas Lockley et Geoffrey Girard, African Samurai – The True Story of Yasuke, a Legendary Black Warrior in Feudal Japan, 2019.

Un GROS merci à ceux qui m’encouragent sur Patreon : Christine L., Daphné B., David P., Chrestien L., Herve L., Valérie C., Eve Lyne M., Serge O., Audrey A. et Mélanie L.

Pour faire comme eux-autres et lire les articles avant tout le monde pis même profiter de contenu extra rempli de détails croustillants, c’est par ici!

Un commentaire sur “Yasuké, le samouraï africain — partie II

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s