Quand les belles-sœurs s’haïssent la face : Frédégonde contre Brunehaut, partie 2

Partie 1

Faique ouais. C’te maudit courailleux de Chilpéric, roi de Soissons, avait fait étrangler sa femme Galswinthe pour épouser Frédégonde, sa grenouilleuse concubine équipée pour veiller tard. 

Pis Brunehaut, la sœur de Galswinthe pis aussi la belle-sœur à Chilpéric parce qu’elle était mariée avec son frère Sigebert, avait crié vengeance. 

Faique Sigebert alla voir Gontran, son autre frère, pour qu’y vienne avec lui fesser sur Chilpéric. 

(Aux p’tits smattes qui voudraient me demander y’est où le quatrième frère, parce que j’ai dit qu’y en avait quatre la semaine passée, ben y’était déjà mort rendu là.) 

Gontran, c’tait un peu le bonnasse de la gang. Ça y tentait pas trop, lui, de jouer la game. Y’était ben content avec c’qu’y avait pis ça le décourageait ben gros de voir les chicanes à ses frères. 

Ben crère, au début, y prit le bord de Sigebert. Y’était pas pour défendre un assassin, pis ça aurait fait un frette si y’avait décidé de pas s’en mêler. Faique y’embarqua dans’bataille, mais on voyait ben que le cœur y’était pas. 

Après un boutte, y finit par dire : 

« Bon, les gars, là, ch’file pas pour me battre. Au lieu de se taper su’à yeule, on peut-tu jaser à’place? »

Faique Chilpéric et Sigebert acceptèrent d’aller en médiation familiale, où y jasèrent de leurs émotions…

Non, j’niaise : Gontran assembla comme jury toutes les seigneurs du coin – ça avait l’air d’un show de Metallica tellement y’avait du poilu dans’place – pis s’improvisa juge.  

Après les délibérations, Gontran annonça sa décision : 

« Bon. Tchéquez-ben c’qu’on va faire. Toé, Chilpéric, tu vas t’excuser pis r’donner à Brunehaut les quatre villes que Galswinthe avait eues comme dot pis cadeau du matin, pis toé, Sigebert, tu vas y pardonner pis pu jamais r’venir là-dessus. Ça a-tu de l’allure, les gars? »

En passant, faut que j’vous dise : un cadeau du matin, chez les peuples germaniques, c’était quet’chose qu’un homme donnait à sa nouvelle femme le lendemain des noces, drette quand a se réveillait, en échange de sa virginité : 

– Heille! Plectrude! Réveille-toé! 
– Hrgmmhh? 
– Engorde! J’ai douze moutons pis une chaise berçante pour toé! C’est ton cadeau du matin! 

C’était douteux pour au moins 275 raisons, mais bon, ça s’passait d’même dans le bon vieux temps.

Pis entécas, Chilpéric, Sigebert pis Brunehaut acceptèrent le jugement à Gontran, et la paix revint dans l’royaume…

Mais c’tait pas pour durer. 

Pendant les quelques années qui suivirent, Frédégonde s’attela à faire le plus de bébés possible – tsé, une femme a besoin d’un fonds de pension – tandis que Chilpéric, lui, chiquait d’la guénille en cherchant une occasion de reprendre les villes qu’il avait été obligé de donner à Brunehaut. Pis y’oubliait pas non plus que, si y se débarrassait de Sigebert, ben y’aurait pu yinque Gontran à éliminer pour devenir le roi de tous les Francs. 

Faique, en 573, Chilpéric rassembla une armée pis y donna le commandement à Thibert, un des fils qu’il avait eus avec sa première femme :

« Vas-y, mon gars! Pis fais-moé pas honte! »

Thibert partit su’és chapeaux de roues : il fonça sur Poitiers pis la conquit facilement. Après ça, y se dirigea vers Tours en saccageant toute sur son passage. Y’avait pu rien de sacré, même les places saintes pis les couvents – les hommes de Thibert massacraient les prêtres pis violaient les bonnes sœurs, partaient avec les trésors pis crissaient toute à terre. La campagne au complet était en feu.

En voyant l’armée de Thibert arriver dans un gros nuage de fumée noire, les habitants de Tours ouvrirent les portes de la ville sans s’astiner. Thibert continua de même jusqu’à Limoges, puis Cahors; y’avait rien pour l’arrêter.

Mais, de son bord, Sigebert était loin d’être assis sur ses mains : y’était après rassembler autant d’hommes qu’y pouvait parmi le peuple pour aller sacrer une volée à son neveu pis à son frère.

Bon, là, vous devez vous attendre à une grosse bataille épique pis à un duel entre frères su’l top d’une colline avec du tonnerre pis des éclairs, pis Sigebert victorieux qui rentre chez eux, frenche Brunehaut à pleine bouche pis déclare : « Ch’t’ai vengée, bebé ». 

Mais… pantoute. Voyant que Chilpéric n’avait une plus grosse que la sienne – une armée, je veux dire –, y se rendit et promit de filer doux à partir de maintenant. Sigebert crut en la bonne foi de son frère pis s’en alla. Mais dès qu’il eut le dos tourné, Chilpéric recommença à faire d’la marde. 

Là, Brunehaut en eut son tas et alla parler dans le casse à Sigebert :

« Heille là, veux-tu ben arrêter de faire ton branleux? Tu y donnes plein de chances, à ton frère, pis à chaque fois y t’donne un coup d’pognard dans le dos! T’es trop mou avec, Sigebert! As-tu déjà oublié qu’y a tué ma sœur? L’astie d’écœurant, y’est v’nu la chercher yinque pour faire comme toé, tandis qu’a voulait rien savoir de lui, pis après y s’en est débarrassé pour marier sa maudite charrue! Pis tu le laisses s’en clairer avec une tape su’és doigts? C’est ton devoir de venger ma Galswinthe, pis j’te sacrerai jamais patience tant que ton frère sera pas mort à mes pieds! »

Faique Sigebert, ben crinqué par sa femme, rassembla encore une autre armée – sérieux, le peuple lui avec devait commencer à être à boutte de son niaisage – et partit régler son compte à Chilpéric une bonne fois pour toutes. 

C’te fois-là, pas de pitié : l’armée de Sigebert ramassa celle à Chilpéric comme une gratte qui passe dans l’banc de neige. Neveu Thibert fut tué pendant une bataille, pis Chilpéric dut battre en retraite et se réfugier avec Frédégonde pis ses flos dans la ville de Tournai. 

Brunehaut, qui voulait s’assurer que son mari finisse la job, paqueta ses petits – littéralement, parce qu’a l’emmenait ses filles Ingonde et Clodoswinthe pis son p’tit gars de quatre ans, Childebert – pis toute un tapon de richesses qu’elle mit dans des waguines pour aller trouver Sigebert, qui était à Paris. A l’était même pas encore débarquée qu’elle commença déjà à tanner son mari pour qu’il aille assiéger Tournai.

Elle eut pas à l’achaler longtemps. Ben vite, y prit la route de Tournai, avec ses meilleurs cavaliers toutes fiers-pet avec leux  beaux boucliers peinturés pis leux lances à banderoles. Mais là, un vieux pépère malade se garrocha devant lui. C’était Germain, évêque de Paris, pis ça y’avait pris toute son p’tit change pour sortir de son litte dans une ultime tentative d’empêcher Sigebert de tuer Chilpéric :  

« R’virez d’bord, Vot’Majesté! Rappelez-vous c’que l’Seigneur a dit par la bouche de Salomon : que la tombe que tu creuses pour ton frère, ben c’est toé qui va tomber d’dans! »

Sigebert prit même pas la peine d’y répondre pis poursuivit son chemin. 

Pendant ce temps-là, à Tournai, Chilpéric pis Frédégonde se savaient faites comme des rats. C’tait pas jojo : tandis que Chilpéric restait assis là à se pogner le beigne, comme résigné, Frédégonde, qui venait d’accoucher d’un p’tit gars, capotait ben raide :

« Y vont toutes nous tuer, Chilpéric! Toé pis moé pis les enfants! Y vont égorger notre p’tit gars, tu comprends-tu? Pis toé, tu câlisses rien! »

Faique a prit les choses en main. A se mit à inventer des plans pas d’allure pour s’échapper, à chercher la moindre grenaille d’espoir dans les racoins les plus improbables.  

Un jour, au travers des hommes de Chilpéric, elle vit deux jeunesses qui avaient l’air particulièrement fidèles à leur roi, voire quasiment fanatiques. Elle les fit venir dans ses appartements, leur donna d’la boisson pis leur raconta ses malheurs à grands renforts de sparages. Quand y furent complètement fascinés, les yeux grands comme des trente sous pis ben embarqués dans son numéro de reine martyre, elle leur dit :

– Ah! Si seulement y’avait quequ’un pour m’aider! De braves guerriers prêts à tout pour leur reine, mettons… 
– Nous-autres, M’dame, on ferait n’importe quoi pour vous! 
– Ah, mais c’est pas mal dangereux…. J’sais pas si j’ai le droit d’vous demander ça…
– On est pas des pissous, M’dame! Vous avez yinque à dire qu’est-cé vous voulez, pis on va l’faire! 
– Ah, vous êtes tellement courageux! Ben d’abord, m’a vous dire à quoi j’ai pensé…

Sigebert, lui, était à Vitry-en-Artois, une ville pas loin de Tournai, un peu au-dessus de ses affaires. Y s’était fait acclamer comme nouveau roi à la place de Chilpéric, pis depuis une couple de jours, y faisait la grosse vie sale, entre festins, brosses épiques et démonstrations de combat. 

Avec toute le monde qui allaient pis qui venaient du matin au soir pour lui jurer fidélité pis lui dire comment y’était beau pis bon pis fort, y se méfia pas pantoute quand deux gars qui avaient déserté l’armée de Chilpéric demandèrent une audience avec lui, tout seul. 

Y les écouta parler, ben relax, le menton accoté sur son poing : « Votre Majesté… blabla… On sait que c’est vous le vrai roi… On veut vous servir… » La poutine habituelle, quoi. 

Pis là, les deux jeunesses dégainèrent leur scramasaxe, une espèce de long couteau aiguisé yinque d’un bord, lui sautèrent dessus et FLÂWK!! Ils le poignardèrent les deux en même temps. 

Sigebert eut même pas le temps de réagir : y hurla pis tomba raide mort à terre. 

Pis drette de même, la situation r’vira d’bord complètement. 

Quand elle apprit la nouvelle, Frédégonde était morte de rire : elle avait été faite comme une rate, pis là elle était libre pis toute puissante. 

Pis Brunehaut, tout d’un coup, était rendue mère célibataire dans un pays en guerre, pis a savait qu’à c’t’heure, son petit Childebert, unique héritier de Sigebert, avait une cible grosse de même su’l dos…


Source : Augustin THIERRY, Récit des temps mérovingiens, tome 2, 1842.
https://play.google.com/books/reader?id=id3mt9lGw58C&pg=GBS.PP1

Quand les belles-sœurs s’haïssent la face : Frédégonde contre Brunehaut – partie 1

Ça se peut de pas aimer sa belle-sœur. Tsé, on est toutes humains. Pis ça arrive des fois que les couteaux volent bas : 

« Ouin, ma Jocelyne, pour quequ’un qui a yinque apporté un Caballero, tu te gênes pas pour vider les bouteilles des autres! »

« Heille, Denise? Les r’volures de pâte à dents dans le miroir de la toilette, c’tu un p’tit concept cute de temps des Fêtes pour faire comme un paysage enneigé, ou bedon c’est yinque un oubli? »

Mais mettons que ce crêpage de chignon-là virait au MEURTRE? 

Les téléromans à TVA pis les vues ont rien inventé. Déjà au sixième siècle, les reines Frédégonde et Brunehaut étaient prêtes à se sauter dans’face… Pis y’allait avoir du sang. 

Comme j’vous l’expliquais dans l’histoire à Radegonde, dans ce temps-là, les peuples germaniques comme les Francs régnaient sur l’Europe. Pis eux-autres, y’avaient des règles de succession qui avaient l’air d’être faites pour que la marde pogne : chaque fois qu’un roi mourait, son royaume était séparé entre toutes ses fils, qui ensuite se tapaient su’a gueule jusqu’à ce qu’y en reste juste un qui ramasse toute. C’tait simple, dans le fond!

C’était arrivé après la mort de Clovis, premier roi de toutes les Francs. Son royaume avait été séparé entre ses fils Thierry, Clotaire, Clodomir pis Childebert. 

À la fin, y restait pu yinque Clotaire qui, après des années de guerre pis de coups de poignard dans l’dos, devint roi de tous les Francs comme son père. Pis là, y mourut. Comme lui aussi y’avait quatre fils – Caribert, Chilpéric, Sigebert pis Gontran –, c’tait reparti pour un autre rigodon! 

J’vous ferai pas tomber en bas de votre chaise en vous disant que la job principale des seigneurs francs, dans ce temps-là, c’était de guerroyer. Pis, justement, autour de 560, Chilpéric, roi de Soissons, était parti taper du Saxon avec son frère Sigebert, laissant sa femme Audovère enceinte jusqu’aux yeux. 

Or, Audovère avait comme servante Frédégonde, une femme du peuple qui s’adonnait aussi à être un astie de pétard. La belle Frédégonde, a l’avait des ambitions. Pis comme vous allez voir, y’avait aucune crosse trop basse pour elle. 

Quand Audovère accoucha d’une fille, Childesinde, y fallut ben baptiser la p’tite. Mais là, la marraine arrivait pas. Tout le monde commençait à être écœuré d’attendre pis à avoir hâte de sauter dans l’buffet.   

Faique c’est là que Frédégonde fit son move : 

– Madame, pas besoin d’attendre la marraine; j’vois pas mieux que vous pour tenir la p’tite pendant que l’évêque la baptise. Envoyez-donc! 
– Ah, ben pourquoi pas, hein? Merci Frédégonde! 

Pis l’évêque, qui avait probablement un ti rond de bave sur sa soutane à regarder Frédégonde, dit rien pour empêcher ça et baptisa Childesinde avec sa propre mère comme marraine. 

Pauvre Audovère : a l’était ben belle pis ben fine, mais c’était pas le crayon le plus aiguisé de la boîte, pis sa naïveté l’avait fait tomber drette dans le piège de sa ratoureuse servante. 

Vous devez vous demander si vous venez d’en manquer un boutte : hein? De quel piège on parle, là? J’vous explique. 

Dans ce temps-là, t’avais pas le droit d’être la marraine de ton propre enfant, parce si tu mourais, y’aurait pu personne pour s’occuper de lui. De un. De deux, un père avait pas le droit de coucher avec la marraine de sa fille. Voyez-vous la crosse, là? 

Quand Chilpéric revint chez eux, toute fringant, y fut accueilli par une trâlée de belles pitounes couvertes de guirlandes de fleurs. La première en avant? J’vous laisse deviner. 

Frédégonde. Ben oui. 

Elle arriva en avant de Chilpéric et lui dit, drette de même : 

– Ah, merci Mon Dieu, le roi not’seigneur est r’venu, pis ya sacré une volée à ses ennemis! En plus, y vient d’avoir une belle p’tite fille! Mais là, avec qui not’seigneur coucherait ben à soir? Parce que la reine ma maîtresse est rendue la marraine de sa fille!
– Ah ben, si ch’peux pas coucher avec elle, m’a coucher a’c toé d’abord! 

Chilpéric, y’était pas du genre à s’enfarger dins fleurs du tapis. 

À la porte du château, Audovère l’attendait, toute fière d’y montrer Childesinde. Mais Chilpéric avait des p’tites nouvelles pour elle : 

« Ah, bonyenne, sa mère, qu’est-cé t’as faite-là? À c’t’heure que t’es la marraine d’la p’tite, tu peux pu être ma femme! »

Faique il fit exiler le gnochon d’évêque qui avait célébré le baptême et y’envoya Audovère sécher dans un couvent, non sans y avoir donné des terres qui valaient quand même cher pour pas qu’à crève de faim. 

Audovère venait yinque de prendre la porte que Chilpéric avait déjà marié Frédégonde. 

Maudit écœurant.

De son bord, le frère de Chilpéric, Sigebert, roi de Reims, était un peu fier-pet pis y trouvait don que ses frères avaient marié des femmes indignes d’eux-autres. Lui, y’allait accepter rien d’autre qu’une princesse. 

Faique y’alla se dénicher Brunehaut, fille d’Athanagilde, roi des Goths d’Espagne. Pis Brunehaut, c’tait loin d’être une gueuse : elle était belle, bien arrangée, charmante, avec ben d’la jarnigoine.  

Sigebert tomba en amour par-dessus la tête. 

Les noces eurent lieu en 566, pis ce fut toute un party. Les seigneurs des quatre coins de l’Europe se pointèrent : y’avait des poilus pis des propres, des polis pis des fendants, des fous pis des fins, pis toute ce monde-là buvait de la bière pis du vin dans l’plaisir pis l’agrément, avec des cornes de beu évidées comme des coupes en or fancées (fancys?).  

Mais là, Chilpéric, y regardait ça aller, pis y trouvait qu’y faisait dur à côté de son frère : 

– Heille, moé’ssi, j’veux marier une princesse! Pis j’en veux un, un gros party de même! On jase, là, mais la p’tite Brunehaut, a l’a-tu une sœur?
– Oui, Vot’Majesté! Elle a une sœur qui s’appelle Galswinthe. Mais elle est, euh, comment ch’pourrais dire… 
– Accouche! 
– Euh, ben, est pas aussi gâtée par la nature, mettons. 
– C’tu une princesse ou ben c’est pas une princesse?
– Wôwoui, Sire! Une vraie de vraie!
– Bon ben ça va faire la job. Tu pars drette demain pour l’Espagne pis tu vas m’la chercher. 

Sauf que pour Chilpéric, la demande en mariage passa pas comme du beurre dans’poêle : le roi Athanagilde avait des gros doutes sur lui, parce qu’y’avait entendu dire que c’était un gros débauché qui couchaillait à droite pis à gauche. Pis la pauvre Galswinthe, qui était une bonne fille tranquille au cœur tendre, capotait à l’idée de partir loin de sa famille pis de se retrouver dans les bras de pareil porc. 

En fin de compte, Athanagilde avait juste trop à gagner d’une alliance avec les Francs, faique il accepta de donner la main de Galswinthe à Chilpéric, à condition qu’il s’engage à pu prendre d’autres femmes pis à être fidèle. 

Chilpéric dit oui – d’ailleurs, c’est peut-être pour ça qu’il a répudié Audovère, pis que ça avait pas rapport pantoute avec l’affaire du baptême.

Pis quand Galswinthe apprit qu’était faite à l’os, a passa une heure à brailler comme une Madeleine dans les bras de sa mère, tellement que même les gros toffes barbus que Chilpéric avait envoyés pour la chercher furent virés à l’envers.  

Malgré tout, les noces eurent lieu, pis ce fut un aussi gros party que les noces à Sigebert pis Brunehaut. 

Au château de Chilpéric, même Frédégonde avait été tassée pour faire de la place à Galswinthe. Fini les privilèges d’épouse pis toute. Mais elle allait tu lâcher le morceau si facilement, vous pensez?

Jamais d’la vie.

Elle réussit à convaincre Chilpéric de la garder comme servante pour sa nouvelle femme, se disant que de même, quand y’allait inévitablement se tanner de Galswinthe, elle allait être drette à la bonne place pour en profiter. 

Au début, Chilpéric était ben content de sa nouvelle femme, comme on peut être content de sa nouvelle Mustang avec des sièges Racing comme celle du voisin, sauf rouge au lieu de bleue. Après un boutte, y finit par devenir blasé de ça, mais y’était encore ben heureux de toutes les richesses que Galswinthe lui avait apportées en dot. 

Finalement, même les bidous pis les pierreries arrêtèrent d’y faire de l’effet. Pis rendu là, y’avait pu rien pour y faire aimer Galswinthe. C’était ben beau être fine pis patiente pis généreuse, mais pour lui, ça valait pas une belle face, un beau p’tit cul, une taille fine pis des grosses boules. Pis vous savez qui avait ça? 

Frédégonde.

Flairant le sang, elle passa tusuite à l’action. Elle eut juste à se montrer, oh Votre Majesté vous parlez d’un adon, j’m’en allais tout bonnement chez le maréchal-ferrant, et hop! Chilpéric sentit la sève lui r’monter dans l’érable après l’hiver du désir. 

Ça prit pas plus que ça pour que Frédégonde revienne dins couvartes du roi. Y restait juste un problème : Galswinthe était encore là. 

Mais tsé, un meuble, ça se tasse. 

Frédégonde ambitionnait : a faisait sa fraîche partout dans le château pis a l’allait même jusqu’à péter de la broue en avant de Galswinthe. 

D’ailleurs, la pauvre chouette avait beaucoup de peine de se voir trompée pis humiliée de même. Ça se comprend. Au début, elle endurait en silence, mais un m’m’ent’né, elle fut pu capable et alla se plaindre à son mari : 

« Pourquoi tu m’as fait venir icitte si c’est pour m’abandonner pis faire comme si j’existais pas? T’es rendu bête pis distant avec moi, ma propre servante me regarde de haut, pis tout le monde rit dans mon dos! J’aime pas ça, icitte. J’veux m’en aller. J’m’ennuie de mon pays pis de ma mère. Chilpéric, ch’peux-tu rentrer chez nous? Au moins, là-bas, on me traite comme du monde, pas comme une vache ou bedon une plante verte! »

Les émotions à Galswinthe, Chilpéric s’en torchait pas mal. Mais ses bidous, par exemple! Faique il essaya de la retenir : 

– Ben voyons, mon amour, tu paranoyes! Toute va ben, pis ch’t’aime, pis y’a personne qui rit de toé icitte! 
– Essaye pas. Penses-tu que chus sourde pis aveugle? J’le vois ben, c’qui s’passe. Si tu me laisses m’en aller, chuis prête à te laisser toutes les richesses que t’as eues avec ma dot. Garde toute. J’m’en fous, j’veux juste m’en r’tourner chez mes parents! 

Pour Chilpéric, qui était crissement à l’argent, c’était pas croyable qu’on puisse renoncer volontairement à autant d’affaires. Ça y rentrait juste pas dans’tête. Faique y’était sûr que Galswinthe essayait de le fourrer d’une manière ou d’une autre. 

Y fit semblant de s’excuser, promit de pu recommencer, la flatta dans le sens du poil, tellement que Galswinthe, rassurée, arrêta de parler de départ. 

Pis là, un matin, elle fut retrouvée morte dans son lit, étranglée. 

Chilpéric fit ben des sparages pour faire croire qu’il avait de la peine, mais personne avait de pognée dans le dos : c’était clairement lui ou Frédégonde qui était en arrière de ça. 

Surtout que deux trois jours après, il fit de Frédégonde sa vraie de vraie épouse officielle – sa reine. 

Quand Brunehaut apprit que sa sœur était morte assassinée… Heh, bout d’viarge qu’a l’était fâchée : 

– L’astie d’écœurant! Le tabarnak de chien sale! Y’a tué ma sœur! Ma pauvre sœur toute fine qui demandait yinque à être laissée tranquille! 
– Ben voyons mon amour, qui ça? 
– Ton frère! Y’a fait étrangler Galswinthe, pis drette après, y’est allé marier sa guédaille, là, Frédégonde! Sigebert, tu sais ce qui te reste à faire, j’espère? 
– Ch’prépare les gars, les ch’vaux pis les armes : m’en va chercher Gontran, on va crisser une volée à Chilpéric, pis on va la venger, ta sœur! 

Pis c’est de même que commença la « faide royale », une guerre qui dura plus de 40 ans entre les familles de Frédégonde et Brunehaut. Attachez votre tuque avec de la broche, parce que ça va jouer dur en simonac! 


Source : Augustin THIERRY, Récit des temps mérovingiens, tome 1, 1842.
https://play.google.com/books/reader?id=h2UOAAAAQAAJ&pg=GBS.PR4


Sainte Radegonde de Poitiers

On a toutes vu ça au Jean-Coutu, à côté de la caisse, pas loin des revues à potins : tsé, là, les espèces de romans d’amour quétaines avec un agrès musclé en bédaine pis une pitoune échevelée sur la couverture?  

Dans ces livres-là, y se passe tout le temps la même affaire : la belle héroïne est capturée par le gros barbare qui la fait amener dans sa tente pour y faire des affaires pas catholiques. Pis, finalement, a se rend compte qu’en-dessous du poil pis d’la brutalité, c’t’un tendre, pis en plus, c’t’un étalon en d’sour des couvartes!  

Mais, ça se passerait comment si l’héroïne avait une tête de cochon pis qu’a voulait rien savoir pantoute? Pis que le barbare en question était assez vieux pour être son père?  

Sûrement un peu comme dans l’histoire de sainte Radegonde de Poitiers. 

Radegonde, c’tait une princesse : c’était la fille du roi Berthaire de Thuringe, dans ce qu’y est aujourd’hui l’Allemagne.

À l’époque où est’née, vers l’an 520, l’Empire romain venait de s’effoirer, pis les peuples germaniques, comme les Francs, avaient pris la place. Pis ces peuples germaniques-là, y’avaient des règles de succession pas ben ben d’adon. À la mort d’un roi, son royaume passait pas direct à son fils aîné pis on en parle pu : oh non! Y’était plutôt séparé entre TOUTES ses fils. Pis les fils, au lieu de s’accorder, ben y s’entretuaient pis au plus fort la poche.

C’est justement ce qui arriva en Thuringe quand Radegonde avait yinque trois ans. Basin, son grand-père, venait de mourir, pis le royaume avait été séparé entre ses trois fils : Berthaire, Badéric pis Hermanfred.

Ça prit pas grand temps pour que Badéric pis Hermanfred se mettent ensemble pour zigouiller Berthaire. Pis là, Hermanfred s’allia avec Thierry, fils de Clovis – tsé, là, LE Clovis roi des Francs? – en lui promettant la moitié de la Thuringe contre son aide pour se débarrasser de Badéric.

Mais là, Thierry, voyant que son ancien allié était pas trop pressé d’y donner la moitié de Thuringe qu’y lui avait promise (comme y’avait dit?), alla voir son frère Clotaire – un autre fils à Clovis : 

– Heille, Hermanfred m’a promis un boutte de territoire pis y me niaise! J’men va y sacrer une volée. T’embarques-tu? On sépare toute à deux après.
– Ah, ben pourquoi pas? Messemble que je serais dû. Ça fait déjà un boutte depuis ma campagne contre les Burgondes! 
– Depuis que tu t’es fait péter la yeule, tu veux dire?
– Ah, ta yeule, t’étais là, toé aussi!

Faique Radegonde se retrouva à la cour de son mononcle Hermanfred, orpheline pis pognée au beau milieu d’une guerre. 

Elle était rendue à 11 ans quand Thierry pis Clotaire vinrent à bout de son oncle. Pis là, comme deux corneilles chevelues, les frères se mirent à se picocher pour savoir qui ramasserait quoi… Dont Radegonde, qui faisait partie du butin. Pis Clotaire, lui, y’avait l’œil dessus. 

Pour vous donner une idée d’à quel genre d’animal elle avait affaire, Clotaire avait 22 ans de plus qu’elle; c’était un chef de guerre qui rêvait juste de prendre le territoire de ses autres frères pour devenir le roi de tous les Francs comme son père avait été, pis y’était pas du genre à se bâdrer du bien-être des autres. 

Tsé : quand sa femme « principale », Ingonde, lui demanda de trouver un époux digne de sa sœur Arégonde, ben Clotaire trouva pas mieux que lui-même, pis Ingonde passa le reste de sa vie à se dire qu’elle aurait don dû fermer sa grand yeule. Y’avait aussi épousé Gondioque, la veuve de son frère, pour mettre la patte sur son royaume d’Orléans, non sans avoir assassiné ses deux neveux pour éviter qu’ils héritent. Faique bref, c’était un gros dégueulasse sans scrupules, pis y’avait déjà tellement de concubines qu’y savait pu où donner d’la gr… euh, tête. 

Ça a d’l’air que c’était pas assez, parce que Clotaire trouvait que la p’tite avait du potentiel.

Ark. 

Il réussit à convaincre son frère Thierry d’y laisser Radegonde, pis y la ramena comme prisonnière, avec son frère, dans son royaume de Soissons. 

Vu qu’elle était très jeune, y se garda quand même une petite gêne. Il décida d’attendre un peu et la fit éduquer, pis ben comme faut à part ça! En plus de la religion, des travaux d’aiguille pis de toutes les « affaires de femmes », elle apprit aussi à lire et à écrire, ce qui était rare pour les femmes du temps, même pour une princesse. 

Pendant ces années-là, elle devint très pieuse et se mit à rêver de devenir bonne sœur :

« Je serais proche de Dieu, je pourrais lire pis prier pis m’occuper des pauvres pis des malades. Je pourrais jaser avec du monde pieux pis savants au lieu des gros colons de la cour. J’aurais la sainte paix! »

Mais Clotaire, comme j’vous ai dit, y se bâdrait pas trop de ce que les autres voulaient. Quand Ingonde mourut, y se tourna vers Radegonde, pis trouva qu’elle était rendue mûre pour être sa femme. Faique il annonça leur mariage. 

La nouvelle tomba sur la tête de Radegonde comme une édition revue et augmentée du Nouveau Testament avec commentaire intégral verset par verset. Ça faisait pas son affaire pantoute, pantoute, pantoute! Est-ce qu’a fit une face, vous pensez? Ben non! Pas tusuite, en tout cas. Quand a l’entendit ça, la face y grouilla pas d’un sourcil. Mais en dedans par exemple, ça brassait en bout d’viarge : 

« C’est pas vrai! J’vas me ramasser avec c’te vieux bouc dégueu qui pue la robine? Ark! Faut que je me fasse un plan pour me sauver! Ah mais non. Le bon Dieu veut éprouver ma foi. Mais si j’me marie, ch’pourrai jamais être religieuse! Seigneur, qu’est-cé je fais? »

Paniquée, elle leva les feutres au beau milieu de la nuite. Mais elle alla pas loin avant de se faire rattraper par les hommes de Clotaire : 

« Où c’est que tu penses que t’allais, de même, ma tite fille? »

Y’aurait ben des femmes qui auraient tué pour être à sa place. Pour moins que ça, en fait. Mais Radegonde, elle, c’est à reculons qu’elle maria Clotaire et devint reine de Soissons et d’Orléans.

Y’eut pas d’étincelles en d’sour des couvartes. Radegonde découvrit pas le côté homme rose du gars qui avait tué ses propres neveux pis marié sa belle-sœur pour avoir plus grand de terrain. Pis c’est pas les belles robes pis les pierreries qui allaient l’amadouer non plus. 

En fait, c’tait comme si la richesse y brûlait les mains. Dès qu’a recevait de quoi, a le donnait aux pauvres pis à l’Église : ses revenus, ses tributs, ses meubles… 

Personne échappait à sa générosité à pu finir. J’vous dis que l’ermite du coin resta frette en tabarouette en sortant de sa mâsure au milieu du bois quand y vit arriver du monde avec une waguine pleine de cadeaux! 

Radegonde donnait même ses restes de table pis son linge. Pis c’est là que ça accrochait avec Clotaire. Dans ce temps-là, chez les Francs, la femme servait un peu de rack à richesses pour son mari. Plusse qu’a l’avait l’air d’un arbre de Nouël avec ses joyaux, plusse que son mari paraissait ben. Pis Clotaire avait beau être patient avec Radegonde, là, y commençait à se faire écœurer par ses chums : 

– Radegonde, qu’est-cé tu fais là encore habillée comme la chienne à Jacques? Je t’ai acheté plein de belles affaires, pourquoi tu les mets pas? Les gars commencent à dire que j’ai épousé une bonne sœur!  
– Ouin pis? C’est ça que j’aurais voulu faire, moé, dans’vie, si j’avais pu! Hein! Pis Jésus a dit qu’y fallait être humble, pas péter de la broue avec nos bébelles! 

Faique Radegonde continua d’endurer c’te vie-là dont a voulait rien savoir, jusqu’à ce que Clotaire remette ses vieilles pantoufles de gros écœurant : y fit tuer son frère à elle, sous prétexte qu’y complotait contre lui. Ou de quoi de même.

Comme de fait, Radegonde le prit pas pantoute pis décida de sacrer son camp pour de bon. Elle commença par aller voir son mari : 

– Noble époux, ch’peux-tu aller à Noyon voir l’évêque Médard? Messemble que ça me ferait du bien d’aller voir un saint homme pis de me rapprocher de Dieu un peu. Une p’tite cure religieuse, mettons. 
– Ah, ben ch’pas contre! T’es pas du monde pis t’arrête pas de brailler depuis queques temps. Ça va te faire du bien! J’vas même dire à mes gars de t’escorter jusque là-bas!

L’évêque Médard était très aimé pis y’avait la réputation d’être capable de contrôler la météo, c’qui est pratique quand tu veux pas qu’y mouille pour faire les foins! Même Clotaire pensait que c’était une bonne idée que Radegonde aille le voir pour une p’tite fin de semaine de spa spirituel. Mais elle, a l’avait une idée en arrière de la tête. 

En effet, dès qu’elle arriva en avant de Médard, l’évêque eut même pas l’temps d’y dire bonjour qu’a se garrocha sur lui : 

« Monseigneur! Ch’t’à boutte de la vie terrestre! J’veux entrer en religion! Ch’t’en supplie, consacre-moi au Seigneur drette-là! »

Médard resta un peu frette. 

« Euh, ben là, Majesté… »

Dans sa tête, ça virait vite en ciboulot : 

« Hé bonyenne, qu’est-cé m’a faire? Ch’pas pour casser un mariage royal, moé-là! J’vas être dans’marde! »

Pis y’avait pas yinque ça. Les guerriers que Clotaire avait envoyés avec sa femme arrivèrent pis commencèrent à bourrasser Médard : 

– Heille là, que ch’te voye, e’l bonhomme, faire une bonne sœur avec la femme du roi!
– Ouin, ttention, là! Le roi va être en tabarnak! 

Les gars de Clotaire pognèrent l’évêque pis l’emmenèrent plus creux dans l’église. 

Radegonde capotait; mais y’était pas question pour elle de se laisser abattre. Faique, fouille-moé comment, mais elle trouva un habit de bonne sœur pis l’enfila par-dessus sa robe. Pis là, elle s’avança vers Médard, au fond de l’église, et dit : 

« Médard! Si tu branles dans le manche pis que t’as plus peur des hommes que de Dieu, tu vas filer cheap en tabarouette quand tu vas te retrouver devant le Créateur pis qu’y va te demander des comptes pour l’âme de ta brebis! »

C’tait en plein l’affaire à dire. Pogné d’une terreur divine, Médard imposa les mains à Radegonde et la consacra à Dieu. 

Radegonde trippait : c’était le premier choix de vie qu’a réussissait à faire sans qu’un maudit barbu s’en mêle. 

Après ça, elle s’en alla à Poitiers, où a fonda une abbaye. Clotaire essaya ben de la ravoir, mais y’insista pas trop, parce que selon la loi de l’Église, tu pouvais te faire excommunier pour toujours si t’essayais de sortir une religieuse de son abbaye. Mettons que ça fait réfléchir. 

Pis pour le reste de sa vie, comme à voulait, elle aida les pauvres et les malades, guida les autres dans la foi, pis essaya d’aider les fils à Clotaire à pas s’entretuer. 

Pis c’est bien mieux que de finir dans les bras d’un agrès musclé en bédaine! Mais ça, c’est juste moé. Si c’est ça que tu veux, envoye fort! 


Sources :
Vie de Radegonde par saint Fortunat : http://surlespasdessaintes.over-blog.com/article-vie-de-sainte-radegonde-par-saint-fortunat-3-3-85056970.html
M. l’abbé Migne, « Sainte Radegonde », Nouvelle Encyclopédie théologique, 1855 : https://play.google.com/books/reader?id=-_snAAAAYAAJ&hl=fr&pg=GBS.PA1081