La Guerre des Deux-Roses, partie I — Marguerite d’Anjou contre Mononc’York

Avant la Guerre des Deux-Roses, partie I
Avant la Guerre des Deux-Roses, partie II

 Ah, ça a faite du bien d’grouiller un peu! 

On peut r’commen—T’étais encore aux toilettes, toé? Es-tu tombé dans l’bol, coudonc?

Viens t’assire, là, la soirée avance pis on n’a encore pour un boutte! 

Bon!

Faique Henri V, le beau nouveau jeune roi d’Angleterre, venait de sacrer une volée aux Français à Azincourt, pis y faisait yinque commencer. Après s’être préparé ben comme faut pendant deux ans, y r’tourna en France, pis y se mit à gagner bataille après bataille pis ville après ville. Tellement qu’en 1420, la reine Isabeau, la femme du roi Charles VI, qui avait pas toute sa tête, eut pas le choix de le rencontrer pis de conclure un traité avec lui : 

« C’est d’même que ça va s’passer : pour tu’suite, ton mari reste roi d’France, mais quand y va trépasser, c’est moé qui va monter su l’trône. Pis ton fils le Dauphin, ben, qu’y sèche. Pis un coup parti, ch’peux-tu marier ta fille Catherine? Messemble que ça f’rait ben. »

Faique toute déboula : Henri était rendu héritier du trône de France, y’était marié avec la princesse Catherine, 9 mois plus tard y’avait déjà un nouveau p’tit Henri toute rose pour y succéder dans ben, ben longtemps, pis toute’tait beau, toute’tait merveilleux.

Mais là… La crisse de dysenterie sortit d’en-arrière des rideaux pendant que personne argardait, le pogna par l’chignon du cou pis l’entraîna dans l’trépas à l’âge de 35 ans.

Y’avait yinque régné 9 ans!

Faique c’est son bébé qui lui succéda à l’âge de 9 mois. Pendant que les grands nobles du royaume y juraient fidélité, Henri VI gigotait pis faisait des « aargheurrghhhaaah » au beau milieu du Parlement. 

D’l’autre bord d’la Manche, la guerre en France, c’tait supposé être réglé. Mais sans la main de fer pis l’front d’bœuf à Henri V, les Français commencèrent à reprendre du pic.

Pire, quand Charles VI passa l’arme à gauche, Jeanne d’Arc sortit de nulle part pour crisser la chienne aux Anglais pis mettre la couronne de France su’a tête à son fils, Charles VII – le fameux dauphin qu’Henri V avait tassé, là. 

Pis même si la pauvre chouette finit en p’tit tas d’cendres, elle avait réussi à crinquer toute son peuple, pis les Français se mirent à reconquérir boutte de territoire après boutte de territoire. 

Rendu là, Henri VI avait 23 ans, pis y’était roi à part entière. Sauf que… euh… Ben y régnait pas ben fort. C’est pas qu’y était niaiseux – y’était juste pas pantoute équipé pour être roi. Mettons dans l’dictionnaire, t’aurais pu mettre sa face à côté du mot « bonasse ». Y tirait son argent par les fenêtres en donnant à toute pis n’importe qui, au point qu’y finit par se ruiner. Y disait oui à toute c’qu’on y proposait, tellement que ben vite, sa cour devint comme une espèce de game de hockey où les grands seigneurs du royaume se rentraient dans’bande pour avoir le contrôle d’la rondelle, c’ta dire c’te pauvre Henri qui glissait su’a glace la bouche ouvarte sans trop comprendre c’qui s’passait autour.

Pis en plus, y’haïssait la guerre. Faique y demanda au duc de Suffolk, son premier conseiller, d’aller y’arranger une trêve avec le roi Charles VII de France : 

— Pis à part de t’ça, les noces, ça fait toujours ben pour mettre le monde de bonne humeur, vous pensez pas?  
— Ben sûr.
— Faique mettons que mon souverain mariait… Une de vos filles, Vot’Majesté?
— Pousse, mais pousse égal, mon pit.

C’qui dérangeait le roi, c’tait qu’Henri VI avait déjà ben en masse de sang royal français dins veines sans n’en rajouter encore – vous rappelez pourquoi ça avait commencé, toute c’te guerre-là, hein? Avec pépère Édouard III qui s’pensait roi de France parce que sa mère était une princesse française. 

Faique finalement, le roi choisit Marguerite d’Anjou, la nièce de 15 ans à sa femme : juste assez parente pour que ça compte, mais pas assez pour faire du trouble. 

Henri fit accueillir sa nouvelle femme avec les gros honneurs. Y voyait son mariage comme un « engagement sacramentel envers la paix », rien d’moins. Y respectait ben gros Marguerite pour sa jarnigoine pis son gros bon sens, mais c’était un peu ça, l’problème : y’a respectait un peu trop. Marguerite savait ben que la première job d’une reine, c’tait de faire un héritier. Mais Henri était toute pur! Une fois, pendant un banquet, un noble avait fait rentrer une trâlée de jeunes pitounes les boules à l’air dans’salle, pis ça l’avait tellement scandalisé qu’y était parti s’coucher. Tellement qu’un m’ment’né, Marguerite dut se dire : 

« Heille, veux-tu ben me baiser, maudite sainte-nitouche de bazouelle! »

On saura jamais c’qui s’est passé dans leu couchette, mais quoi qu’y en soit, huit ans après son mariage, Marguerite finit par tomber enceinte. Dins corridors, ça mémérait qu’elle avait sauté la clôture. Pendant c’temps-là, ça brassait en France. Pour vous conter ça ben vite, m’as faire un Pierre Houde de moé : 

« Les Anglais brisent la trêve avec les Français! Drôle de décision! 
Les Français reviennent en zone offensive! Ils tirent… ET LE BUT! Oh, là là, les Anglais ont perdu la ville de Bordeaux! 
Le duc de Suffolk est de retour au banc. Il se fait blâmer pour la défaite et condamner à l’exil. Il retraite au vestiaire, mais oh!! Il est rattrapé par des soldats fâchés qui le décapitent avec une vieille épée rouillée. Ma parole! 
Les Anglais partent en échappée… ET LE BUT! Ils ont repris Bordeaux! Quelle remontée! 
Mais les Français ne se laissent pas intimider! Ils y vont d’un BOULET D’CANON qui anéantit les Anglais! Oh là là, Marc, je pense que c’est fini pour les Anglais en France! »

Quand on dit que les nouvelles fessent fort… En apprenant ça, Henri tomba en stupeur. Genre, voit pu rien, entend pu rien, parle pu, bouge pu, filet de bave. Y’était juste… Éteint. Bzzziu. Pis pas pour deux menutes, là! Ça dura plusse qu’un an! 

Marguerite s’artrouvait donc avec un bébé naissant (Édouard, pour une fois, pas Henri!) pis un mari légume, son sort entre les mains des big shots du royaume. Y’était pas question qu’a laisse ça de même. Faique a fit de quoi de complètement flyé pour une femme de son époque : a demanda officiellement au Parlement d’y donner toutes les pouvoirs de souverain pendant le temps qu’Henri était parti au pays des licornes.

Les vieilles barbes répondirent pas mal comme vous pensez : 

« Euh… C’est ben gentil d’vous dévouer d’même, ma p’tite madame, mais on va être corrects. Vous pouvez aller catiner tranquille, on s’arrange avec le reste. »

Tassée, Marguerite dut avaler son étron pis attendre. 

Pis comme la rondelle était lousse au milieu de la patinoire, ça attira les vautours. 

Richard Plantagenêt, duc d’York, était le plusse noble de toutes les nobles du royaume après Henri. Y descendait de papi Édouard par deux mononcles : Lionel, dont j’ai pas parlé, pis Edmond, lui qui a laissé le bordel pogner dans l’royaume en tant que régent pour Richard II.

Marguerite le trustait pas pantoute, parce qu’a le soupçonnait de vouloir être roi à la place du roi. Pis comme de faite, y’arsoudit à Londres pis fut nommé lord-protecteur du royaume. 

À ce moment-là, c’tait le duc de Somerset, l’homme de confiance à Marguerite, qui était l’conseiller principal à Henri. Comme lui, y descendait Mononc’Jean, mais pas du même litte : y faisait partie d’la famille Beaufort, c’t’à dire les enfants que Mononc’Jean avait eus avec sa maîtresse, mais qui avaient été légitimés. York le r’gardait de haut, comme un duc d’la marque maison plutôt que la vraie affaire. Les deux s’haïssaient pour mourir.

Ça jouait dur en simonac. La preuve? Aussitôt arrivé, York crissa Somerset en prison à la tour de Londres. 

Heureusement, avant qu’y réussisse à faire trop de marde, Henri ralluma, drette de même, comme si quequ’un avait r’parti le breaker. Y s’rappelait pu de rien, pis y fut ben étonné d’voir qu’y était rendu avec un fils :

« Wow! Pour moé y’a été conçu par l’intervention du Saint Esprit! Merci Seigneur! »

Henri, avec l’influence de Marguerite, renversa toutes les décisions qu’York avait pris en tant que lord-protecteur pis fit sortir Somerset de prison. York fut pogné les culottes à terre : 

« Le tabarnak de Somerset! Y’essaye de me tasser? Ça s’passera pas d’même! » 

Faique y clancha voir le roi, avec 3 500 gars armés pour faire valoir ses arguments – pis ça, là, c’tait limite d’la trahison.

Pendant c’temps-là, Henri pis Somerset étaient après se rendre à Leicester, ben peinards, pis s’attendaient pas pantoute à une bataille. Mais là, quand y rentrèrent dans la ville de Saint-Alban’s, York les attendait pis fit boucher toutes les sorties : 

« Vot’Majesté! Donnez-moé Somerset, c’t’hostie de crosseur! Y vous conte des menteries pis y vous manipule! » 

Y’eut des négociations qui donnèrent absolument rien, pis finalement, York s’écœura pis ordonna une attaque contre les forces à Henri. Ça commença à s’courir après pis à se massacrer dins rues d’la ville. 

Henri r’çut une flèche su l’bord du cou pis alla s’cacher d’une shop de tanneur. 

Somerset donnait pas cher de sa peau si y s’faisait pogner par York. Y’alla se réfugier dans une auberge, mais ben vite, y fut complètement encerclé. 

« Ah ben d’la marde! Si ch’pour mourir, m’as mourir deboutte! »

Y dégaina son épée pis sortit d’l’auberge en hurlant, passant par-dessus les gars qui étaient morts en essayant de l’défendre, fessant su toute c’qui bougeait; y tua 4 gars avant d’être tué lui-même. 

C’te bataille-là fit pas beaucoup d’morts, mais York avait pas mal eu c’qui voulait. La chicane était loin d’être finie, par exemple. En fait, ça dégénéra en vendetta généralisée où chaque famille noble du royaume avait pas l’choix d’prendre un bord ou l’autre. 

Henri, lui, toujours aussi bonasse, pardonna toute à York pis voulait que tout l’monde se réconcilie. Y’organisa même un « jour d’amour » où la reine, lui, York, le nouveau duc de Somerset, alouette durent toutes marcher ensemble main dans’main, avec des ti-cœurs pis des arcs-en-ciel.

Mais en arrière des sourires, tout l’monde avaient les dents serrées – c’tait juste une question de temps avant que ça r’commence à se taper su’a gueule. 

Comme Somerset était pu là, c’est Marguerite qui devint la cheffe d’la faction à Henri. Pis là, a considérait York carrément comme une menace pour la succession de son p’tit poutte, qui était rendu à 18 mois. Faique a partit avec son mari à Coventry, sur ses terres à elle, pis établit la cour royale là-bas. 

Après ça, a convoqua York. 

Un fou d’une poche : y’était pas question que l’duc aille s’crisser dans la gueule du loup.

Faique comme y s’était pas présenté, Marguerite le fit déclarer traître à la couronne; essentiellement, ça voulait dire qu’y perdait toutes ses terres pis ses titres. Ça y laissait pu l’choix : comme disait mon grand-pére, une tête de cochon notoire, fallait vaincre ou mourir. 

Là, Richard Neville, comte de Warwick, le plus gros allié à York, marcha avec son armée jusqu’à Northampton pour aller affronter les forces royales. 

C’te jour-là, la puck roula pas pour Henri : ses canons, tout trempes de pluie, tiraient pu pantoute, pis y’avait un traître dans ses rangs qui ordonna à ses gars de jeter leux armes pis de laisser passer Warwick. 

Résultat : son armée complètement effoirée, Henri fut capturé pis emmené à Londres. York, triomphant, arriva avec sa femme en faisant son frais-chié : y pouvait presque déjà sentir le coussin en v’lours du trône d’Angleterre en t’sour de son cul. 

En fait, y’était tellement sûr de sa shot que quand y rentra au palais de Westminster pour une réunion du Parlement, y’alla direct vers la chaise suprême pis mis sa main dessus. Mais au lieu des acclamations auxquelles y s’attendait, y’eut juste un gros malaise. Même Warwick trouvait que ça avait pas d’allure.

— Ben là, les gars… Non?
— Euh… Nous-autres, on pensait que tu voulais juste tasser les conseillers croches autour du roi, pas ÊTRE le roi! Voyons donc! 

Les lords du Parlement capotaient, mais y pouvaient pas juste faire comme si York existait pas. Faique y firent un deal qui ressemblait à lui qu’Henri V avait faite avec la reine Isabeau de France : Henri restait roi pour tu’suite, mais son fils Édouard était déshérité pis c’est York qui deviendrait roi à sa mort. 

Mais finalement, les fesses à York goutèrent jamais à la douceur du v’lours royal : y fut tué dans une bataille une couple de mois plus tard. Sa tête fut plantée s’un piquette à l’entrée d’la ville d’York, avec une couronne en papier dessus. 

Marguerite, qui était partie s’réfugier en Écosse, rassembla une nouvelle armée pour descendre jusqu’à Londres chercher Henri pis arconquérir le royaume. L’feu dins yeux, a laisserait personne tasser son mari pis déshériter son fils :

« Inquiète-toé pas, Henri : j’m’en viens, mon minou! » 

La suite ici!!!


Sources : Desmond Seward, The Demon’s Brood : The Plantagenêt Dynasty that Forged the English Nation, 2014.
Helen Castor, She-Wolves: The Women Who Ruled England Before Elizabeth, 2011.

Un GROS merci à ceux qui m’encouragent sur Patreon : Christine L., David P., Chrestien L., Daphné B., Herve L., Valérie C., Eve Lyne M., Serge O., Audrey A. et Mélanie L.

Pour faire comme eux-autres et lire les articles avant tout le monde pis même profiter de contenu extra rempli de détails croustillants, c’est par ici!

3 commentaires sur “La Guerre des Deux-Roses, partie I — Marguerite d’Anjou contre Mononc’York

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s