La Guerre des Deux-Roses, partie II — Un nouveau roi

Avant la Guerre des Deux-Roses, partie I
Avant la Guerre des Deux-Roses, partie II
La Guerre des Deux-Roses, partie I

On va faire jusse une tite parenthèse de même avant d’continuer.

J’sais pas si vous vous rappelez, mais tsé l’grand-père à Henri VI, c’ti-là qui avait tassé son niflette de cousin Richard de su’l trône, ben c’tait l’fils à Mononc’Jean pis à Blanche de Lancaster. En mariant Blanche, Jean a pogné l’titre de duc de Lancaster, pis c’pour ça qu’on appelait la famille à Henri « les Lancaster », pis l’monde qui se battaient de son bord, « les Lancastriens »,  par exemple, les Beaufort, comme le duc de Somerset, les enfants du deuxième lit à Mononc’Jean – ceux que York traitait comme des nobles « Sélection Mérite », là. 

Revenons à nos moutons. 

L’affaire, c’est que, tsé, quand tu coupes une tête, y’en a toujours une autre qui r’soud pour prendre la place. Comme celle à York était après sécher s’un piquette, y’en poussa une autre plusse fraîche à la place : celle de son fils Édouard, une belle jeunesse de 18 ans — le nouveau duc d’York. 

Y’était dans l’boutte du pays de Galles, où y’était allé empêcher une armée fidèle à Henri d’arjoindre celle à Marguerite. Dès qu’y sut c’qui était arrivé à son père, y clancha pour aller l’venger. Sauf qu’en ch’min, Édouard frappa une autre armée de Lancastriens un ti peu plus nombreuse qu’la sienne. Pas moyen de s’en clairer – y’allait avoir une bataille. 

Au lever du soleil, drette avant que les armées se sautent dessus, les hommes à Édouard s’mirent à capoter : 

— Heille! Tchéquez ça! Y’a trois soleils dans l’ciel!
— C’est l’yâble, astie, c’est l’yâble!
— Jésus Marie Joseph on va toute mourir!

Y’avait pas d’quoi capoter.

C’qu’y voyaient, c’tait une parhélie : quand l’soleil est bas su l’horizon pis qu’y a des cristaux d’glace haut dans l’ciel, ça fait comme un rond autour du soleil, pis des fois, ça donne l’impression qu’y a un mini soleil de chaque bord du rond, ou des fois, des p’tits bouttes d’arcs-en-ciel. Science!

Mais Édouard, c’tait un p’tit vite, faique au lieu de pogner les nerfs, y se servit de ça pour crinquer ses hommes : 

« Pognez pas l’mors aux dents, pis soyez don rassurés, à’place! C’t’un bon signe! Trois soleils, c’est l’Père, l’Fils pis l’Saint-Esprit, pis moé pis mes deux frères, Georges pis Richard. Faique courage, les gars! Au nom du Seigneur, on va leu crisser une volée! »

Pis comme de faite, y passèrent sur l’armée ennemie comme une moissonneuse batteuse.

Comme à son habitude, quand y sentait qu’la victoire s’en v’nait, Édouard donna l’ordre de tuer les nobles pis d’épargner les pas nobles – tout l’contraire de c’qui se faisait avant, genre à la bataille d’Azincourt.

L’torse toute bombé après sa victoire, pis ses hommes complètement convaincus qu’Dieu était d’son bord, l’tit jeune s’armit en route. 

Warwick, lui, rassemblait des hommes pour la cause d’Édouard dans l’sud de l’Angleterre, pis y faisait peur au monde en disant que la reine Marguerite s’en v’nait avec une horde d’enragés poilus du nord qui allaient les voler, les tuer pis brûler leux maisons, pis qu’y a juste lui pis Édouard qui pouvaient les sauver. 

Faut dire que c’tait pas complètement des menteries : l’armée à Marguerite était bourrée d’monde du nord de l’Angleterre, pis comme y manquaient de bouffe pis de ben d’autres affaires, y’avaient pillé des fermes pis des villages en descendant vers Londres. C’tait pas l’idée du siècle, pis ça allait pas aider plus tard, mais qu’est-cé vous voulez? Faut c’qui faut.

Avec sa nouvelle armée, Warwick s’en allait pour arjoindre Édouard, sauf que comme Édouard avait été r’tardé par sa bataille, Warwick s’artrouva tu’seul à affronter Marguerite à Saint-Alban’s. Tsé, la MÊME ville où y’avait eu une bataille, que le duc de Somerset c’tait faite tuer pis qu’Henri s’tait caché d’une shop de tanneur? Les habitants devaient être crissement à boutte de s’faire démolir leu ville : 

— Ah non, pas encore eux-autres!
— SIMONAC AVEZ-VOUS FINI D’PÉTER MES VITRES? Ça coûte la peau du cul ces affaires-là!
— Bon, y’a encore du sang dans mes glaïeuls…

Mais bon. C’te fois-là, c’est Marguerite qui gagna la bataille. Henri, lui, avait été laissé avec yinque deux gars pour le garder, pis y chantait tranquillement en d’sour d’un arbre en r’gardant les hommes à Warwick se faire défoncer. Les Lancastriens le trouvèrent pis le ramenèrent à Marguerite. 

Heille, là la puck roulait pour elle! Y lui restait juste à s’rendre à Londres, à se ravitailler, à s’arvirer d’bord pis à détruire les York pour de bon, pis la couronne à son mari pis à son fils s’rait sauvée. C’tait quasiment yinque une formalité! 

Pendant c’temps-là, Warwick réussit à se faufiler pis à aller trouver Édouard, qui capotait à cause de la défaite à Saint-Alban’s. Warwick, Richard de son p’tit nom, se trouvait à être son cousin – sa matante Cécile était la mère à Édouard. Y’était 14 ans plus vieux, plus expérimenté, pis un politicien ratoureux, faique l’jeune homme se fiait beaucoup sur lui. 

— Mais là, Ritch! Marguerite est quasiment rendue à Londres! Si a rentre dans’ville avant nous autres, notre chien va être mort, pis y’a aucune chance qu’on arrive avant elle!
— Prends su toé, mon gars! Voyons don. T’es jeune, t’es fringant, le monde t’aime, pis t’as beaucoup d’alliés à Londres. Moé, j’dis qu’on prend une chance pis qu’on clanche! 

Marguerite était yinque à 10 milles des portes d’la ville. Sauf que, l’monde de Londres se méfiaient d’elle : y’étaient du bord des York, pis Marguerite les considérait comme des traîtres. Y’allait arriver quoi si y’a laissaient rentrer? Y’allaient-tu finir su l’échafaud?

En plus, l’attitude à Marguerite aidait pas. Dans une lettre au maire, elle écrit : 

« Le roi pis la reine ont pas pantoute l’intention d’piller la ville; mais en même temps, ça veut pas dire qu’y puniront pas les faisant-mal… » 

Les habitants, rendus complètement paranos par la campagne de peur à Warwick, allèrent jusqu’à bloquer un convoi d’provisions que l’maire voulait envoyer à Marguerite pour l’amadouer. 

En même temps, la reine était fourrée d’un bord comme de l’autre : elle avait absolument besoin que Londres soit de son bord, mais y’était pas question d’essayer de prendre la ville par la force. Faique a décida, pour l’instant, de battre en r’traite pis d’attendre; après toute, c’te stratégie-là avait déjà ben marché pour elle. 

Édouard pis Warwick, qui galopaient en malades pour arriver à Londres, crurent pas leur shot quand y se rendirent compte que Marguerite était pas là pis que la voie était libre.

Les Londoniens leux ouvrirent les portes toutes grandes. Beau, grand pis drette, ben habillé, charmant pis aimable, plein d’jarnigoine, pis surtout, pas embarrassé comme son père par une aura de trahison malaisante, Édouard ressemblait pas mal plus à un roi qu’Henri, qui était tout l’temps habillé comme la chienne à Jacques. 

C’est ben d’valeur pour Marguerite, mais comme a l’était une madame, pis une Française à part de t’ça, a pouvait juste pas s’imposer à’place d’Henri. Quant à Édouard, y représentait un nouveau départ après le bordel continu qui régnait dans l’royaume depuis que les nobles jouaient à’ringuette avec un roi qui avait autant d’autorité qu’une toast aux cretons. 

Faique Édouard fut nommé roi – mais pas couronné, ça irait à plus tard – pendant une cérémonie à la sauvette à l’abbaye de Westminster. Pis même pas deux s’maines après, y se tourna vers le nord :

« Là, ça va faire. On a assez pardu d’péres pis d’fréres pis d’mononcles. C’est l’temps d’river l’clou à Marguerite pis d’arrêter la chicane pour de bon. »

Faique c’est d’même que, le 29 mars 1461, Yorkistes et Lancastriens s’artrouvèrent face à face dans l’gros frette pis en pleine tempête de neige pas loin de Towton, dans l’nord de l’Angleterre. 

Les Lancastriens étaient plus nombreux pis en meilleure position que celle à Édouard, placés su’l dessus d’une côte. Le problème, c’est qu’y avaient le vent dans’face pis voyaient rien à cause des flocons qui leu rentraient dins yeux. 

Les Yorkistes décidèrent d’en profiter : leux archers tirèrent dans l’armée ennemie, pis leux flèches, portées par le vent, s’enfoncèrent super loin dans les rangs lancastriens. Les Lancastriens essayèrent de tirer eux-autres avec, mais à cause du vent à écorner les bœufs, leux flèches partirent tout croche pis firent pas grand dommages. Pire! Y se plantèrent drette en avant des Yorkistes, qui purent les ramasser pis leu renvoyer dans’face. 

Pis là, le combat au corps à corps commença. Ce jour-là, c’tait clair pour tout l’monde : pas d’quartier pis pas d’drapeau blanc. Faique ça s’battit pendant 8 heures, dans’bouette pis dans’sloche, les pieds pis les doigts gelés, les poumons brûlés par l’essoufflement pis l’air frette. Un m’ment’né, y’avait tellement de cadavres que les vivants s’enfargeaient dedans, pis quand, finalement, les Lancastriens au désespoir commencèrent à se sauver, y tombèrent drette dins bras glacés d’la rivière Wharfe pis se néyèrent, entraînés par le poids de leur armure. 

Un messager arriva aux murs de la ville d’York, où étaient Marguerite, Henri pis leu fils Édouard (ouais, York était le quartier général des Lancastriens pis pas des Yorkistes, c’est mêlant mais c’est d’même). Toussant, braillant, pompant l’huile, y livra son message : 

« Madame, Votre Majesté, c’est fini! On a pardu des milliers d’hommes pis ceux qui restent sont après se sauver! Chus désolé, on a faite toute c’qu’on a pu… Mais… Ah, bonyenne! La neige est toute graissée d’sang! »

Ce fut la bataille la plus meurtrière en sol anglais : 10 000 morts, toute ça pour une astie d’chicane de famille. En fait, ça a d’l’air que les ruisseaux pis les rivières coulèrent rouge pendant des jours après ça!

La victoire à Édouard était totale. Faique entre chien et loup, tandis qu’y s’artrouvait maître incontesté du champ d’bataille pis d’l’Angleterre au complet, une femme en tabarnak, un homme égarouillé pis un flo de 7 ans tout épeuré galopaient à toute vitesse vers l’Écosse.

Y’avaient toute pardu pis y’étaient fugitifs, mais Marguerite avait pas dit son darnier mot. Pis tant qu’à elle, a l’dirait yinque maiqu’a l’aye le pied dans’tombe. 

La suite ici!


Sources : Desmond Seward, The Demon’s Brood : The Plantagenêt Dynasty that Forged the English Nation, 2014.
Helen Castor, She-Wolves: The Women Who Ruled England Before Elizabeth, 2011.

Un GROS merci à ceux qui m’encouragent sur Patreon : Christine L., David P., Chrestien L., Daphné B., Herve L., Valérie C., Eve Lyne M., Serge O., Audrey A. et Mélanie L.

Pour faire comme eux-autres et lire les articles avant tout le monde pis même profiter de contenu extra rempli de détails croustillants, c’est par ici!

6 commentaires sur “La Guerre des Deux-Roses, partie II — Un nouveau roi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s