Méchante veillée : le palais de glace de la tsarine Anna

Anna Ivanovna, impératrice (ou tsarine) de Russie, avait vraiment manqué sa vocation : elle avait vraiment l’tour pour t’organiser des veillées épiques, le genre dont on se souvient encore quasiment 300 ans plus tard. Parlez-en au prince Mikhaïl Alexeïevitch Galitzine, dont le mariage a été organisé par la tsarine en personne, pis qui manqua pas réchapper de sa nuit de noces. 

En 1729, le prince Mikhaïl tomba veuf. Pour faire passer sa peine, il alla se la couler douce en Italie. Là-bas, il rencontra une autre femme, et ben vite, il la demanda en mariage.

L’affaire, c’est que la belle était catholique, pis que le prince Mikhaïl, lui, était orthodoxe. Pas grave : le prince se convertit et épousa sa nouvelle blonde drette là.

– Mais, chéri, ça va pas faire du trouble quand on va s’en aller en Russie?

– Ben, c’est sûr qu’à la cour impériale, c’est mal vu de changer de religion, mais on a juste a pas le dire pis ça devrait être correct.

– Ouin, si tu le dis, mon amour…

Sauf qu’il se fourrait le doigt dans l’œil jusqu’au coude. Comme l’impératrice Anna était complètement paranoïaque et avait des espions partout, ça lui prit pas grand temps pour découvrir le pot aux roses. Pis c’est ben de valeur, mais elle aimait vraiment pas ça, les « infidèles ».

Faique là, mes amis, la marde pogna SOLIDE pour notre pauvre Mikhaïl.

Anna Ivanovna (Source : Wikimedia Commons)
C’est qui, ça, Anna Ivanovna?
 
Anna Ivanovna était la fille du tsar Ivan V, qu’on appelait « l’Ignorant » et qui passait le plus clair de son temps assis à rien faire, les yeux dans la graisse de bines.
 
Ça a d’l’air qu’elle était pas ben belle (l’auteur anglais Thomas Carlyle a dit qu’elle avait des joues comme « un jambon de Westphalie » – franchement, Tom, c’est vraiment chien), pas ben élevée et quasiment analphabète. Elle avait une tête de cochon, un air de bœuf et tendance à faire des vacheries à son entourage.
 
Ça l’empêcha pas d’avoir des prétendants ni de se marier. À l’âge de 17 ans, elle épousa Frederick Wilhem, duc de Courlande, qui avait le même âge qu’elle; malheureusement, le p’tit gars mourut moins de deux mois après, sur la route entre Saint-Pétersbourg et le duché de Courlande, sans qu’on sache trop pourquoi. C’était peut-être une pneumonie, mais des langues sales disent qu’il aurait fait un concours de boisson avec le mononcle d’Anna, le tsar Pierre le Grand – tout un adversaire – pis qu’il se serait tellement paqueté qu’il se serait jamais remis de son lendemain de brosse.
 
Quoi qu’il en soit, Anna alla tout de même en Courlande (aujourd’hui une région de la Lettonie) sans son mari et régna là-bas pendant quasiment 20 ans, jusqu’à ce que son mononcle Pierre meure sans héritier évident. Les membres du haut conseil, une gang de nobles qui grenouillaient pour virer ça à leur avantage, choisirent Anna comme tsarine parce qu’ils se disaient qu’une veuve pas d’enfants, ça leur ferait une bonne marionnette. Pour être sûrs de leur affaire, ils lui demandèrent de signer les « Conditions », un papier qui disait qu’elle pouvait pas déclarer la guerre, faire condamner un noble, établir des impôts ni se marier sans leur permission. Aussi ben dire qu’a pouvait rien faire.
 
Quand elle arriva à Saint-Pétersbourg, Anna déchira leur papier dans leur face et les fit sacrer en prison, décapiter ou envoyer péter au frette en Sibérie. Y’avaient juste à pas la sous‑estimer.

Pour se faire une idée de quel genre de femme Anna était, faut savoir, par exemple, qu’elle avait fait mettre un fusil à côté de chaque fenêtre de son palais au cas que l’envie lui pogne de tirer sur les oiseaux (chacun ses petits plaisirs). Faique quand elle apprit la conversion du prince Mikhaïl, elle manqua pas d’idées pour le punir.

Premièrement, Anna le força à divorcer et renvoya sa femme en Italie (d’autres disent qu’elle mourut; c’est pas clair).

Deuxièmement, elle en fit son bouffon. Pour Mikhaïl, un monsieur de 51 ans habitué au respect et aux honneurs, c’était toute une débarque : il était maintenant pogné pour passer la journée dans un panier dans le salon de la tsarine, à lui servir du kvas (une sorte de bière au pain d’Europe de l’Est), à imiter une poule et à faire semblant de pondre des œufs pour la visite. Ayoye.

Gros fun noir dans la chambre de la tsarine (par Valery Jacobi – source : Wikimedia Commons)

Troisièmement, elle lui trouva une nouvelle femme et lui organisa un mariage grandiose. Dit de même, ça a pas l’air trop pire, pis même… fin? Mais écoutez ben ça.

La promise du prince Mikhaïl, c’était Avdotya Buzheninova, une vieille servante kalmouke* reconnue pour être particulièrement laitte.

Le jour des noces, les mariés furent habillés en clowns et paradés dans la rue, dans une cage posée sur le dos d’un éléphant. Ils étaient suivis par un cortège de personnes handicapées, de minorités ethniques (parce que dans le temps, le monde trouvait ça drôle) pis de musiciens dans des traîneaux tirés par des chiens, des chevreuils et des animaux de ferme.

Puis, après l’église et le souper, les pauvres Mikhaïl et Avdotya furent amenés là où ils devaient passer leur nuit de noces.

Là, Anna s’était vraiment fendue en quatre pour impressionner.

Elle avait fait bâtir un immense palais de glace, comme au carnaval. Autour, il y avait des arbres en glace avec des oiseaux en glace, des canons en glace, des fontaines en forme de dauphin en glace pis même un éléphant en glace avec un gars dedans qui jouait du klaxon pour faire le bruit (y devait tellement se geler le cul, lui!).

En dedans, tout était en glace aussi : le lit, les oreillers, les tables, les chaises, la vaisselle pis une horloge qui marchait pour vrai. Taboire! Même les chandelles et les bûches dans le foyer étaient en glace, et on pouvait les allumer en les graissant d’huile à lampe.

Non, mais fallait-tu être faisant-mal pour se donner autant de trouble juste pour faire étriver quelqu’un? Parce que le palais, c’était pas seulement pour faire beau pis attirer les touristes : c’était la pièce maîtresse de la punition du prince.

Les mariés dans le palais de glace (par Valery Jacobi – source : Wikimedia Commons)

Faique le Mikhaïl et sa nouvelle épouse furent enfermés dans le palais, flambant nus, pendant un des hivers les plus frettes que Saint-Pétersbourg ait connu. Autant dire qu’Anna les condamnait à mort. Avant de fermer la porte, la tsarine leur dit :

« Vous êtes aussi ben de jouer aux fesses si vous voulez pas crever de frette! Bonne nuit, là! »

Heureusement, les époux survécurent, car Avdotya réussit à échanger son collier de perles contre le manteau d’un des gardes qui les surveillaient. Ils passèrent aussi la nuit à courir partout comme des malades pour se garder au chaud en brisant tout ce qu’ils pouvaient :

« Quins, la maudite vache! R’garde c’qu’on fait avec ton astie de palais de glace! »

Malheureusement, Avdotya pogna son coup de mort cette nuit‑là et creva quelques jours après (selon certaines sources, elle aurait vécu assez longtemps pour accoucher de jumeaux, conçus cette nuit‑là, mais c’est douteux).

Anna, malade des reins, mourut l’automne d’après.

Quant au prince Mikhaïl, libéré de la tyrannie de la tsarine, il se remaria et mourut 40 ans plus tard, à l’âge de 90 ans. Finalement, ça s’est pas trop mal terminé pour le vieux snoro!


*Les Kalmouks sont une minorité ethnique de Russie. C’était pas innocent : pour Anna, l’origine de la mariée rendait son choix encore plus insultant pour Mikhaïl.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s