L’histoire pas d’allure du marathon olympique de 1904

De nos jours, la course, c’est pu qu’une affaire! Tu peux pas juste te lâcher su’l trottoir un samedi matin en coton ouaté avec les vieux chouclaques que t’as trouvés en liquidation chez Sports Experts en 2003 pis qui pognent le poil de chat dans l’fond du garde-robe depuis c’te temps-là. Oh non! Ça te prend un ti kit en dry fit qui moule la poche avec des souliers fluo qui arsemblent à des Hot Wheels, achetés au Coin des coureurs avec l’aide de Jean-Simon, un grand slaque sympathique qui fait des ultramarathons de malade dans le désert pis qui étudie en physio. Faut que t’ailles à des « cliniques » de course, que tu te mettes des plasteurs sur les mamelons pis SURTOUT, que t’en parles à TOUT LE MONDE.

Par contre, ça a pas toujours été de même. 

Pour vous donner une idée, au marathon olympique de 1904 à St. Louis, aux États-Unis, y’a un facteur cubain qui s’est pointé à la ligne de départ avec un gilet à grand’ manches lousses, des culottes longues qu’y avait coupées aux genoux pour faire comme des shorts, un béret pis des bottines. On était loin du ti kit en dry fit qui moule la poche.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est felix.jpg
Félix Carvajal

Mais, entre vous pis moé, son linge était probablement l’affaire la moins bizarre de c’te marathon-là : en faite, du début à la fin, ce fut un chiard que tout le monde aurait mieux aimé oublier. 

Dans ce temps-là, le marathon, c’tait l’épreuve reine des Jeux. Mais, à St. Louis, toute se passa tellement tout croche qu’on aurait dit que ça avait été organisé par ton mononcle alcoolique dans les trails de quatre-roues en arrière de chez eux pour le Festival du frappe-à-bord avec une commandite du garage Wilbrod Brodeur pis du dépanneur Chez Ginette. 

Su la ligne de départ, y’avait queques marathoniens expérimentés, comme les Américains Thomas Hicks pis William Garcia. Mais sinon, la majorité des coureurs qui étaient là auraient jamais fait la sélection olympique d’à c’t’heure. Entre autres, y’avait : 

  • Fred Lorz, un Américain qui s’entraînait de nuite après la job pis qui s’tait qualifié en gagnant une course « spéciale » de 8 km qui avait rien à voir avec un marathon; 
  • dix Grecs qui avaient jamais couru un marathon de leu vie; 
  • Len Taunyane pis Jan Mashiani, deux Sud-Africains noirs qui se pointèrent nu-pieds; 
  • pis, ben sûr, notre facteur cubain de tantôt, Félix Carvajal –  y’avait perdu toute son argent en jouant aux dés à la Nouvelle-Orléans pis y’avait dû se rendre à St. Louis su’l pouce, sans manger. 

D’habitude, les longues courses de même, ça commence de bonne heure pour éviter aux coureurs la chaleur pis l’soleil de midi, hein? Ben, pas là. Quand le signal de départ fut donné, y’était trois heures et queques de l’après-midi, y faisait chaud pis humide comme dans le péteux de Lucifer, pis les gars se lâchèrent pour le plus épouvantable 40 km* de leu vie.  

Au début, c’tait pas trop pire : les coureurs devaient faire deux fois le tour du stade olympique, su’l plat pis su l’asphatte. Mais après, la course continuait sur un chemin de terre, pis là, ce fut l’enfer. Y’avait plein de côtes à monter pis à descendre. Y’avait de la roche partout, pis les gars manquaient tout le temps de se dévarser les pieds. Les chars officiels avec les docteurs pis les entraîneurs à bord soulevaient d’la poussière qui r’volait dans’face des coureurs pis les faisaient tousser à s’en arracher les poumons. 

À part ça, parsonne avait rien faite pour bloquer le chemin : les gars devaient se faufiler au travers des camions pis des wagons de train pis du monde qui promenaient leu chien. Dans ce bordel-là, c’t’un miracle que parsonne se soit faite écraser. 

Pis comme si c’tait pas assez de la marde de même, un jambon nommé James Sullivan – nul autre que l’organisateur en chef des Jeux – s’tait mis dans’tête que ça serait pas pire de profiter du marathon pour voir c’que ça faisait quand t’empêchais le monde de boire pendant un gros effort physique. Faique y mit juste deux points d’eau sur toute le parcours : un réservoir à 9 km, un puits sur le bord du chemin à 20 km, pis rien pour les 20 derniers kilomètres. C’tait une vraie décision de cabochon qui aurait pu coûter des vies – pis ça passa proche. 

Les coureurs tombaient comme des mouches. À cause du manque d’eau, y’en a plusieurs qui pognèrent des crampes et durent abandonner. Fred Lorz, par exemple, décida d’arrêter pis pogna un lift dans un des chars officiels. D’autres dégueulèrent su’l bord du chemin au point de pu pouvoir continuer, pis une autre gang pogna le flux à cause de l’eau contaminée au puits du kilomètre 20.  

Un des coureurs, William Garcia, avala tellement de poussière qu’y se déchira l’estomac pis faillit mourir au boutte de son sang sur le bord du chemin. 

À r’garder aller Félix Carvajal, on n’aurait pas cru qu’y courait un marathon olympique. Pas pressé pantoute, y s’arrêtait pour jaser avec le monde grâce au peu d’anglais qu’y connaissait. Étant donné qu’y crevait de faim, y s’arrêta pour cueillir des pommes le long du parcours, ben relax, comme un touriste à l’île d’Orléans. En tout cas, on va y donner ça, à Félix : c’tait un gars qui savait profiter de la vie. Malheureusement pour lui, les pommes étaient pourries; pogné du mal de ventre, y se coucha dans le foin et s’endormit comme une masse. 

Pendant ce temps-là, Len Taunyane, un des deux Africains, avait pas mal moins de fun : y se faisait courir après par des chiens enragés, pis y s’artrouva écarté à quasiment deux kilomètres du parcours. 

En avant de toute, Thomas Hicks donnait toute ce qu’y avait. Lui, son but dans’vie, c’tait gagner un marathon, pis la victoire était à sa portée. Mais, rendu à 11 km du fil d’arrivée, y’était pu capable. Y faisait pu yinque se traîner les pieds, pis y voulait juste se coucher dans le fossé pis rester là pour toujours. 

Y supplia les gars de son équipe pour avoir de l’eau, mais à la place, y lui donnèrent… Du poison à rats. Wô oui! Pour de vrai, là! C’tait de la strychnine, en fait. Dans ce temps-là, on en utilisait souvent à p’tites doses pour donner un coup de fouette aux athlètes – faut croire que les règlements su’l dopage étaient pas mal plus lousses. Entécas, ça eut l’air de ravigoter Hicks, qui s’armit à courir.

Et c’est là que Fred Lorz arvint dans la course. 

Ben oui, toé! Après avoir faite un boutte en char, Lorz se rendit compte que sa crampe était passée, faique y débarqua pis s’armit à courir comme si de rien n’était. Y clancha Hicks à toute vitesse pis franchit la ligne d’arrivée devant une foule en délire, toute heureuse d’être contente qu’un Américain ait gagné. 

Alice, la fille du président américain Teddy Roosevelt, mit la couronne du vainqueur su sa tête, mais juste comme a l’allait lui passer la médaille d’or autour du cou, quequ’un arriva tout indigné pis dit : 

— Arrêtez-moi ça tusuite! C’t’un tricheur! Y’a faite quasiment la moitié de la course en char! 

— Ben voyons, c’tu vrai, ça? 

La foule se mit à huer. 

« Euh… répondit Lorz avec un sourire de ti-gars qui vient de se faire pogner la main dans’boîte de gâteaux Vachon. C’tait une joke? »

Y fut disqualifié drette là. 

Complètement découragé de s’être fait dépasser par Lorz, Hicks était sur le bord d’abandonner. Mais, quand on y’expliqua c’qui venait de se passer, y’eut un p’tit regain. On y’ardonna encore une shot de strychnine, du blanc d’œuf pis du brandy. 

Y’arpartit donc de plus belle, la face blême, les yeux dans’graisse de bines, les bras raides comme des 2×4 pis les genoux qui pliaient quasiment pu. 

Un m’ment’né, y se mit à halluciner : 

— J’en peux pu, y me reste encore 30 km! C’est bin que trop loin…
— Ben non, Tom, ar’garde! On le voit, le stade, là, t’es quasiment rendu! 
— J’ai faim, astie!
— Tantôt la bouffe, Tom, tantôt. Tu veux-tu encore du brandy, à’ place?
— Envoye donc…
— Quins, ça va-tu mieux, là? 
— Veux me coucher… Laissez-moi juste me coucher à terre… 
— No-non, Tom, arrête pas, là, tu vas gagner! Enweille!

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est marathon_hicks1904.jpg
Hicks vers la fin du marathon.

Y fit le dernier boutte dans le stade, soulevé par ses entraîneurs, les pattes qui se faisaient aller dans le vide, comme si y touchait encore à terre.

Pis malgré les 358 affaires qui l’auraient faite disqualifier aux jours d’à c’t’heure, Tom Hicks fut sacré champion olympique. Y venait de réaliser le rêve de sa vie, mais c’est sûrement pas de même qu’y devait s’imaginer son moment de gloire. Y’était tellement brûlé qu’y fut même pas capable de se tenir deboutte pour arcevoir sa médaille; y fut emmené direct à l’hôpital. Imaginez-vous donc, y’avait perdu huit livres pendant la course!

Su les 32 athlètes qui prirent le départ, y’en a juste 14 qui franchirent la ligne d’arrivée, dont Len Taunyane, qui avait réussi à se débarrasser des maudits chiens qui y couraient après pis finit neuvième. 

Pis Félix Carvajal, lui? 

Y’eut beau s’épivarder à droite pis à gauche tout le long de la course, y finit quand même quatrième. Pas pire, hein? Y doit avoir une leçon à tirer de t’ça à quequ’part…


* Ouin, 40 km? C’est pas 42,195 km, la distance du marathon?

Avant toute, faut dire que la course appelée « marathon » était pas une épreuve traditionnelle des Jeux olympiques de l’Antiquité. Nenon. Nos ancêtres avaient pas mal plus de bon sens que nous-autres. L’affaire, c’est que quand le Français Pierre de Coubertin décida, yinque s’une gosse, de ressusciter les Jeux, y se rappela une légende grecque : celle de Philippidès, un messager qui aurait couru d’une traite les 40 km entre les villes de Marathon pis d’Athènes pour annoncer la victoire des Grecs contre les Perses, avant de s’écrouler raide mort. 

« Heille, se dit-il, messemble que ça rendrait un bel hommage à c’te gars-là que de d’mander à une nouvelle génération d’athlètes de courir jusqu’à ce qu’y pètent au frette! »

Faique aux Jeux de 1896 et 1900 pis à nos fameux Jeux de 1904, le marathon s’est couru s’une distance de 40 km. Mais aux Jeux de Londres, en 1908, y’eut un p’tit problème : la famille royale voulait absolument que la course se tarmine drette en avant de sa loge au White City Stadium. Pis d’la manière que l’parcours était faite, y’en manquait un ti peu. 

— Shit, qu’est-cé qu’on fait? W’é pas pour toute arfaire le parcours au complet pour que ça arrive flush, ça va être ben que trop d’trouble! 
— Ouin. Ch’pense qu’on n’aura pas l’choix de rallonger la course. Gad’, on va mesurer, là… Quins. Jusqu’à loge, ça f’rait 42,195 km.
— Messemble que ça fait bâtard. C’est même pas un chiffre rond!
— Mais ch’cré ben que ça va être ça pareil. À moins que ça te tente d’aller expliquer ça au roi en parsonne?
— Non, ça va être beau! Faisons ça. 

Pis la distance du marathon est toujours restée de même par après! 

Quand ça passe par le mauvais trou : Alexis Saint-Martin, cobaye canayen

« Heille, je peux-tu saucer des affaires dans tes sucs gastriques par le trou dans ton estomac pour voir ce que ça fait? Tu serais logé et nourri, pis t’aurais un petit salaire… »

Alexis Bidagan, dit Saint-Martin, se serait jamais attendu à se faire demander une affaire bizarre de même. Né en 1794 à Berthier, au Québec, dans une famille pauvre, il aurait pas non plus pensé qu’il allait un jour aider à faire avancer la médecine… par accident.

Alexis Saint-Martin dans sa vieillesse (Source : Wikimedia Commons)

Toute a commencé quand Alexis avait 28 ans et travaillait comme trappeur pour l’American Fur Company. Au poste de traite de l’île Mackinac, au Michigan, un cabochon qui faisait pas attention lui tira un coup de fusil drette dans le ventre, sans faire exprès.

Il aurait dû être mort : il avait des côtes de cassées, des muscles déchirés, les poumons lacérés pis brûlés, pis il avait un trou dans l’estomac assez gros pour y rentrer l’index, par où la chevrotine avait ressorti.

Ça regardait mal, mais William Beaumont, médecin de l’armée en poste sur l’île Mackinac, l’opéra quand même en espérant qu’y toffe au moins la nuitte.

William Beaumont (Source : Wikimedia Commons)

Contre toute attente, notre brave Canayen français en réchappa. Y’avait juste une affaire : quand y fut assez en forme pour manger, toute la bouffe ressortit quelques minutes plus tard par le trou dans son estomac. Ouache.

Faique, au début, le Dr Beaumont nourrissait Alexis en lui faisant des lavements (par le péteux, là…). Après un p’tit boutte de même, le trappeur fut bon pour recommencer à manger même si le trou se refermait toujours pas. Un m’m’ent’né, comme Alexis avait pas une cenne pour payer, l’hôpital le crissa dehors.

C’était plutôt poche pour lui. Qu’est-ce qu’il allait faire, amanché de même? Mais le Dr Beaumont, lui, y vit une occasion en or :

« Ça parle au yâb! Je peux y voir dans l’corps! Faut absolument que je l’empêche de repartir – grâce à lui, je pourrais être le premier à percer les mystères de la digestion! »

C’est là qu’il lui fit la fameuse proposition. Dans le contrat qu’Alexis a signé, c’était écrit qu’il allait être employé comme serviteur chez le Dr Beaumont, logé pis nourri, avec un salaire de 150 $ par année – même avec l’inflation, c’était pas à se tirer dans les murs : ça revient à peu près à 2 800 $ aujourd’hui. Surtout qu’en échange, le Dr Beaumont pouvait faire les expériences qu’il voulait sur lui.

L’histoire, c’est que dans ce temps‑là, on parlait pas vraiment de t’ça, des affaires comme le consentement éclairé. Alexis était illettré pis y parlait à peine anglais, faique y devait pas trop savoir dans quoi y s’embarquait…

Le trou de la gloire
Dans ce temps-là, c’était ben mystérieux, la digestion. Pis on avait pas grand moyen de savoir comment ça marchait.
 
Quelques expériences avaient été faites sur des animaux, mais y’a toujours ben des limites à ouvrir bestiau après bestiau en plein lunch pour voir ce qui se passe en dedans. Pis on pouvait pas non plus étudier ça sur des cadavres, parce qu’un cadavre, ben ça digère pu.
 
Le scientifique Charles-Édouard Brown-Séquard, lui, avait une autre idée : il avalait des éponges attachées après une ficelle, pis il les régurgitait pour étudier ce qu’il y avait dessus. (Après ça, il était pu capable de manger normalement sans vomir. Un de ses collègues a dit que c’était un « sacrifice sur l’autel de la science ».)
 
Faique, dans ce contexte-là, le Dr Beaumont considérait le trou d’Alexis comme sa porte d’entrée au panthéon de la médecine. Et il était prêt à tout pour qu’elle reste ouverte…
 
Parce que c’est louche en maudit que le trou soit resté ouvert de même. Dans ses notes, le Dr Beaumont dit qu’il a tout fait pour le fermer, mais que ça a jamais marché, pis même qu’Alexis aurait refusé les points de suture ou une autre opération qui aurait pu régler le problème. C’est quand même dur à croire. Beaumont dit aussi qu’il a accueilli Alexis chez eux « par pure charité ». Prends-nous donc pas pour des valises, Doc.
 
En plus, selon un certain Gordon Hubbard, qui était là le matin de l’accident, le Dr Beaumont aurait mis quelque chose dans le trou pendant qu’il opérait Alexis pour que ça cicatrise autour pis que le trou reste ouvert…

À part saucer des affaires dans ses sucs gastriques par le trou dans son estomac (qu’il goûtait, des fois – selon lui, le poulet à moitié digéré, ça goûte « fade pis sucré »), le Dr Beaumont lui prélevait de l’acide gastrique pour voir si ça digérait pareil en dehors du corps pis pour en envoyer à d’autre monde.

D’autres fois, il prenait l’acide, le mettait dans une fiole avec un morceau de bouffe dedans, pis forçait Alexis à rester planté là comme un codinde avec la fiole accotée dans le t’sour de bras pour simuler la chaleur pis le mouvement de l’estomac :

— Combien de temps va falloir que je reste de même? Je suis pas mal écœuré pis faudrait vraiment que j’aille ch…
— Encore six heures, mon garçon. Lâche pas! C’est pour la science!

Le trou, dessiné par le Dr Beaumont (Source : Wikimedia Commons)

Le Dr Beaumont lui rentrait toutes sortes d’objets dans l’estomac. Mais une fois en particulier, c’était l’boutte du boutte :

— Enlève ta chemise, j’veux faire un autre test.
— Ok.
— À c’t’heure, penche-toi un peu par en arrière.
— Ok boss… Ark! Ben voyons quessé que vous faites là, tabarnak?
— Hm… Je note : «  Quand on liche l’intérieur de la muqueuse et que l’estomac est vide, ça goûte pas l’acide pantoute. »

Faique c’est pas surprenant qu’après un boutte à faire ça, Alexis ait fini par dire :  

« Moé, j’ai mon estie de voyage. Je câlisse mon camp d’icitte. »

Il retourna donc au Québec, où il se maria et eût une couple d’enfants.

Le Dr Beaumont, lui, était ben découragé de t’ça. Il avait perdu son trou pis il avait ben l’intention de le ravoir. Parce que, rendu là, tout le monde voulait le zieuter : une gang de granoles voulaient l’utiliser pour prouver que les plantes se digéraient mieux que la viande, pis la Medical Society of London avait même ramassé des sous pour faire le faire venir en Europe avec le Dr Beaumont. La gloire était à la portée du docteur, mais son cobaye, lui, en avait définitivement son tas.

Beaumont passa le reste de sa vie à essayer de le flatter dans le sens du poil pour le faire revenir, sans succès. Il écrivit quand même une grosse brique sur les résultats de ses expériences, pis on voit encore aujourd’hui sa face dans tous les livres de gastro-entérologie 101. Finalement, il mourut avant le Canayen français, à l’âge de 67 ans, en se pétant la fiole sur des marches pleines de glace noire.

Alexis, lui, mourut de sa belle mort à l’âge de 78 ans. Comme y’avait plein de maudits vautours qui voulaient avoir le corps pour l’exposer dans un musée ou fouiller dedans, la famille le laissa pourrir au soleil pour qu’il reste juste les os, pis l’enterra dans une tombe pas de nom sous un gros tas de roches.

Quand un autre docteur essaya de mettre la patte sur le cadavre, les enfants du trappeur lui répondirent par un télégramme assez raide, merci :

« Venez pas pour l’autopsie; on va vous faire la peau. »

Méchante veillée : le palais de glace d’la tsarine psychopathe (édition HD revue et augmentée)

D’nos jours, l’organisage de partys, c’est rendu du sérieux. L’événementiel, qu’y appellent ça. On rit pu. 

Que tu veuilles un congrès de vétérinaires su les problèmes de zouiz chez le chinchilla ou bedon une tite fête y’où c’que tu pètes des ballounes pour savoir si ton bebé va faire pepi assis ou d’boutte plus tard, y’a un pro pour t’arranger ça. 

Mais d’un coup que ça te tenterait d’avoir une sauterie qui s’rait un mélange entre le Carnaval de Québec, une veillée de suprémacistes blancs pis une humiliation publique, y’a jamais eu parsonne dans toute l’Histoire de plus qualifié que la tsarine Anna Ivanovna. 

Parlez-en au prince Mikhaïl Alexeïevitch Galitzine : y’avait trouvé l’tour de faire fâcher la tsarine, faique a s’tait mis en frais de le faire chier en y’organisant des noces de l’enfer. Y’est passé proche de pas en réchapper, pis c’tait une soirée tellement spectaculaire de par les moyens qu’Anna avait pris pour faire étriver pis pâtir ses pauvres victimes qu’on en parle encore quasiment 300 ans plus tard. 

Mais avant de tomber dins détails, parlons du genre de bebitte qu’était Anna Ivanovna. 

Anna Ivanovna était la fille du tsar Ivan V, qui était pas toute là pis qui a jamais vraiment régné. C’est son demi-frère plus jeune, nul autre que le futur tsar Pierre le Grand, qui s’occupait du gouvernage.

Sa mére, Praskovia, était une méga germaine élevée dins valeurs du bon vieux temps. Mais a l’eut beau essayer de faire de sa fille une p’tite princesse ben religieuse qui dit jamais un mot plus haut que l’autre, Anna vira en une espèce de maudite vlimeuse mal engueulée. Même si a l’avait une face de tit-ange tout nu avec des grosses grosses joues – qu’a garda toute sa vie pis qu’un auteur anglais compara à un « jambon de Westphalie » – Anna s’comportait plus comme un p’tit démon qui faisait des vacheries à son monde yinque pour le fun. Les nobles d’la cour n’avaient peur, tellement qu’y l’appelaient « Iv-anna la Terrible », en référence à Ivan le Terrible, un autre tsar fou braque qui a pas besoin d’être présenté.  

Mais bon. Quand ton père est riche en tabarnak, y’a toujours quequ’un qui est prêt à t’épouser, même si t’as un caractère de cochon pis un maudit air de bœuf. C’est d’même qu’à 17 ans, Anna maria Frederick Wilhem, duc de Courlande, un flo qui avait le même âge qu’elle. 

Malheureusement, le p’tit gars péta au frette moins de deux mois après, su’a route entre Saint-Pétersbourg pis le duché de Courlande. C’tait peut-être une pneumonie, mais la version plus croustillante dit qu’y avait faite un concours de boisson avec Pierre le Grand, qu’y s’trouvait à être le mononcle d’Anna. Clairement, Ti-Fred était pas d’taille pour affronter le Russe le plus russe de toutes les Russes au calage de vodka, pis y se s’rait jamais armis de son lendemain de brosse.

Toujours est-il qu’Anna s’artrouva pognée en Courlande (un coin d’la Lettonie d’à c’t’heure) parce que parsonne à Saint-Pétersbourg avait envie de l’arvoir. A sarvit de régente là-bas quasiment 20 ans pis a resta veuve, mais c’tait ben malgré elle : maginez-vous don qu’a l’envoya pas moins que 300 lettres au monde de sa famille pour qu’y l’aident à s’trouver un mari. 

Ça la laissa quelque peu frustrée par rapport au mariage pis à l’amour. 

Quand même, a l’était pas pour sécher éternellement dans son trou pardu. 

Pendant c’te temps-là, en Russie, son mononcle Pierre mourut; après ça, sa femme Catherine régna pendant deux ans pis mourut à son tour; Pierre II, le p’tit-fils de Pierre Ier, monta su’l trône pis mourut jeune pas d’enfants. 

Le haut conseil, une gang de nobles qui grenouillaient pour virer ça à leur avantage, choisit Anna comme tsarine, pensant qu’une veuve pas d’enfants f’rait une marionnette parfaite. Pour être sûrs de leu z’affaire, les nobles y demandèrent de signer les « Conditions », un papier qui disait qu’a pouvait pas déclarer la guerre, faire condamner un noble, établir des impôts ni se marier sans leu permission. Aussi ben dire qu’a pouvait rien faire.

Sauf que quand a l’arriva à Saint-Pétersbourg, Anna les envoya chier pis déchira leu papier dans leu face. Après, a les fit sacrer en prison, décapiter ou geler du boutte en Sibérie.

Tant qu’à moé, ça leu z’apprendra à sous-estimer une créâture. 

Mais arvenons au prince Mikhaïl Galitzine pis à ses noces.

En 1729, Mikhaïl, qui v’nait d’une des plus grandes familles princières de Russie, tomba veuf à l’âge de 42 ans. Pour faire passer sa peine, y’alla s’la couler douce en Italie. Là-bas, y rencontra une autre femme, et ben vite, y’a d’manda en mariage.

L’affaire, c’est que la belle était catholique, pis que le prince Mikhaïl, lui, était orthodoxe. Pas grave : le prince se convartit pis épousa sa nouvelle blonde drette là.

— Mais, chéri, ça va pas faire du trouble quand on va s’en aller en Russie?
— Ben, c’est sûr qu’à la cour impériale, c’est mal vu de changer de religion, mais on a juste a pas le dire pis ça devrait être correct.
— Ouin, si tu le dis, mon amour…

Sauf qu’y s’fourrait le doigt dans l’œil jusqu’au coude. Tsé, y’était parti s’chauffer la couenne à l’étranger avant l’début du règne à Anna, pis pour moé y connaissait pas trop la bête à qui y’avait affaire. 

Quand Mikhaïl eut l’malheur de s’arpointer la face en Russie avec la nouvelle madame Galitzine, Anna eut tu’suite l’œil dessus. Premièrement, a l’avait une dent contre les Galitzine en général, parce qu’y contrôlaient le haut conseil qui avaient essayé de faire une marionnette avec. Deuxièmement, ça la gossait énormément de l’voir autant amoureux de sa nouvelle femme. 

Pis comme la tsarine avait des espions partout, ça y prit pas grand temps pour découvrir que le prince s’tait convarti au catholicisme. Pis a l’aimait vraiment pas ça, les « infidèles » – c’tait ben la seule partie de l’éducation religieuse à sa mére qui lui était restée. 

C’tait le prétexte parfait, pis Anna était ben décidée à prendre toute son temps pour pleumer Mikhaïl jusqu’à c’qu’y lui reste pu une seule tite graine de dignité.

Pour commencer, a le força à divorcer pis renvoya sa femme en Italie (d’autres disent qu’a rendit l’âme; c’pas clair).

Après, a n’en fit son bouffon. Pour Mikhaïl, un chic monsieur de 51 ans habitué au respect, c’était toute une débarque : sa vie, maintenant, c’tait de rester assis dans un panier à côté d’la tsarine, habillé en poulet, à y servir du kvass (une sorte de bière au pain pas forte d’Europe de l’Est) pis à faire semblant de pondre des œufs pour la visite. Ayoye.

Deux ans plus tard, la tsarine n’avait toujours pas fini avec lui. Tsé, une affaire qu’a l’aimait ben faire, c’tait de jouer les marieuses, pis a s’trouvait ben bonne. C’tait l’temps que Mikhaïl profite de sa science lui avec. 

Un jour, Avdotya Bujéninova, une servante connue pour être particulièrement laitte pis qu’Anna gardait proche parce qu’a faisait des faces drôles pis des farces grasses, s’adonna à dire :

« Arf, j’aimerais don ça, moé, avoir un homme dans mon litte! »  

C’tait pas tombé dans l’oreille d’une sourde.

« Heille, ça fait ben, ça! répondit la tsarine. Ch’connais justement un gars qui aurait besoin d’une femme! »

Faique pas longtemps après, Anna, toute contente, alla voir le prince : 

« Heille toé, mon p’tit poulet Chubby! Ça fait assez longtemps que t’es célibataire. Faique dans ma grande générosité, ch’t’ai trouvé une femme pis ch’tai organisé tes noces, toutes dépenses payées! » 

Mikhaïl avait pas d’pognée dans l’dos, faique y savait ben que ça cachait d’quoi d’horrible. Faut savoir qu’en plus d’être, tsé, un pichou notoire, la pauvre Avdotya était Kalmouke, c’t’à-dire qu’a faisait partie d’une minorité ethnique qui comptait pour pas grand-chose dans’Russie du 18e siècle. Faique pour le prince, un gars d’son temps avec des opinions d’son temps, c’tait à peine moins pire que si on l’mariait avec une jument.

Mais ben vite, ça allait être le cadet d’ses soucis.

Mikhaïl pis Avdotya furent mariés à l’église dins règles de l’art. Mais après, y furent grèyés comme des clowns pis paradés dans l’chemin, dans une cage posée su’l dos d’un éléphant. Y’étaient suivis par un cortège de personnes handicapées, de minorités ethniques en costume traditionnel pis de musiciens dans des traîneaux tirés par des chiens, des rennes pis des animaux de ferme. Parce que tsé, la différence, c’est drôle. On arconnaît ben là l’humour raffiné de la tsarine! 

Y’eut un gros banquet auquel la tsarine assista. Pis là, ce fut l’temps d’emmener les tourtereaux là où y devaient passer leur nuit de noces.

Anna avait tellement hâte de leu montrer ça qu’a fortillait dans son carrosse.

Maginez-vous don que, pour célébrer la victoire d’la Russie contre l’Empire ottoman, la tsarine avait fait construire un immense palais de glace qui aurait faite passer celui du Bonhomme Carnaval pour un vieux shack de misère. Y brillait dans’nuite à la lueur de centaines de torches. Autour, y’avait des arbres en glace avec des oiseaux en glace, des canons en glace, des fontaines en forme de dauphin en glace pis même un éléphant en glace avec un gars dedans qui jouait d’la trompette pour faire le bruit!

En dedans, y’avait un grand corridor avec des colonnes pis une rangée de statues en glace chaque bord, pis un escalier qui menait au deuxième étage. En haut, y’avait une grande chambre à coucher où toute était en glace aussi : le litte, les oreillers, les tables, les chaises, la vaisselle pis une horloge qui marchait pour vrai. Y’avait une toilette en glace, sûrement ben confortable pour les numéros 2, les chandelles pis les bûches dans le foyer étaient en glace, pis on pouvait même les allumer en les graissant d’huile à lampe! 

Faique comme c’tait déjà là, c’te palais-là, Anna avait décidé de faire un deux pour un : ça s’rait aussi la cerise su’l sundae d’la punition du prince.

Après ça, Mikhaïl pis Avdotya furent dégrèyés complètement pis embarrés dans la chambre, pendant un des hivers les plus frettes que Saint-Pétersbourg ait connus. Autant dire qu’Anna les condamnait à mort. Avant de leu farmer la porte dans’face, la tsarine leu dit :

Mais on s’entend que quand t’as tellement frette que tu trembles comme une vieille laveuse, t’es pas trop inspiré pour ça. 

Voyant qu’elle pis Mikhaïl risquaient de pas s’rendre au matin, Avdotya fit un gros sacrifice. Tsé, c’te femme-là était une serve, c’t-à-dire qu’a l’était considérée comme un meuble au sens d’la loi, pis a l’avait jamais rien eu de vraiment à elle dans sa vie, pis encore moins d’affaires précieuses. 

Or, la tsarine y’avait donné en cadeau de noces un collier de perles, qu’a l’avait encore autour du cou. Faique a décida de l’échanger à un des gardes contre un gros manteau de poil qui y parmit, à elle pis à Mikhaïl, de survivre à’nuite. 

Y’a deux versions de c’qui s’est passé après.

Y’en a qui disent qu’Avdotya pogna son coup d’mort c’te soir-là pis mourut d’une pneumonie queques jours après. 

Pis y’en a d’autres qui disent que non seulement Avdotya survécut, mais qu’elle pis Mikhaïl restèrent mariés pis eurent deux enfants. Ça rapproche, pareil, les émotions fortes!

Anna, malade des reins, mourut l’automne d’après. Sa nièce, Anna Léopoldovna, devint régente d’la Russie pis libéra enfin Mikhaïl pis Avdotya. 

C’t’un peu conte de fées, comme fin. Messemble que les histoires de Russes, ça finit toujours d’la pire façon possible. Mais j’leu souhaite quand même d’avoir eu du bonheur, après avoir pâti d’même!